•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Nouvelle scène 2021  :  Isabelle Mercier

Pour faire un monde, ICI Première.
Rattrapage du mardi 31 août 2021

Nouvelle scène 2021  :  Isabelle Mercier

Isabelle Mercier : « Je veux participer à la Fransaskoisie »

Isabelle Mercier, participante à Nouvelle Scène 2021, en Saskatchewan.
Isabelle Mercier, participante à Nouvelle Scène 2021, en Saskatchewan.PHOTO : Vincent H. Turgeon
Pour faire un monde, ICI Première.
Pour faire un mondePublié le 3 septembre 2021

Nouvellement installée en Saskatchewan, Isabelle Mercier participe à Nouvelle Scène cette année. Pour elle, le tremplin musical est une occasion d'aller à la rencontre des Fransaskois.

C’est un emploi étudiant qui l’a menée vers la musique. « À l'âge de 16 ans, au Village Québécois d'Antan, mon boulot était de chanter La poule à Colin, La petite jument, indique-t-elle.Ce que je compose [maintenant], ce n' est pas du tout de la musique traditionnelle. Isabelle Mercier fait plutôt une musique pop.

Je prends des événements quotidiens que je transforme de façon humoristique , explique-t-elle .

Elle donne en exemple son trajet vers la Saskatchewan, effectué en voiture il y a deux ans. J’ai commencé une chanson qui s'appelle Su'a Transcanadienne, c’est l'histoire d’un gopher qui ne finit pas bien.

« Je suis tombée en amour avec la Saskatchewan. »

—  Isabelle Mercier, participante à Nouvelle scène

La musicienne compte profiter des chansons qu’elle va présenter à Nouvelle scène pour faire un petit clin d'oeil à la Fransaskoisie, et ses artistes.

« Nouvelle Scène me permet de rencontrer tous les acteurs du domaine, pour faire des liens et des connexions. »

—  Isabelle Mercier, participante à Nouvelle scène

C’est l’aspect communautaire de Nouvelle scène qui intéresse Isabelle Mercier. Je veux participer à la Fransaskoisie, je veux me promener dans les petites villes, les villages, pour faire de gros party et faire de la musique en français.Néanmoins, elle fait remarquer que les formations lui sont utiles. La formation d'écriture avec ma mentore Anique Granger m'a beaucoup aidée, confie-t-elle.


Elle n’attend que la fin de la pandémie pour enfin pouvoir aller à la rencontre de son public.