•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pour faire un monde, ICI Première.
Pour faire un monde, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 28 avril 2021

Débat autour des t hérapies de conversion

L'impact des débats autour des thérapies de conversion

Publié le 29 avril 2021
Deux hommes tiennent une banière où l'on peut lire en anglais ban conversion therapy
Un appel à bannir les thérapies de conversion lors de la parade de la Fierté à Calgary en 2019 (archives). PHOTO : Michaela Neuman Photography

Le débat sur les thérapies de conversions fait couler beaucoup d'encre en ce moment, le directeur des communications pour le Comité FrancoQueer de l'Ouest, Chúk Odenigbo explique les conséquences que ce débat public peut avoir sur les personnes LGBTQ.

« Ça nous blesse profondément »

—  Chúk Odenigbo, directeur des communications pour le Comité FrancoQueer de l'Ouest

Ces thérapies sont des pratiques controversées qui visent à changer l'orientation sexuelle, ou l’identité de genre d'une personne. Plusieurs projets de loi visent à interdire ces pratiques, tant au niveau municipal, provincial que fédéral. Chúk Odenigbo est en faveur d'une telle loi. Ça blesse et brise les gens. Ils ont ensuite besoin de thérapie, de soutien émotionnel pour rebondir, souligne-t-il.

Cependant le débat, entre groupes religieux conservateurs et groupes LGBTQ provoque des heurts. Le Franco-Albertain explique avoir été choqué par le débat, on a entendu des propos très haineux de la part de nos concitoyens, estime le directeur des communications.

Un débat aux conséquences bien réelles

« J’ai peur pour ma sécurité, et pas que physique, mais ma sécurité mentale aussi »

—  Chúk Odenigbo, directeur des communications pour le Comité FrancoQueer de l'Ouest

Il souligne avoir changé ses propres comportements à la suite des débats publics. J’aime m'habiller de façon très colorée, mais après avoir entendu ces propos haineux, mais des fois le matin, je demande "Trop court? Trop serré ? Est-ce que les gens vont penser que je suis gai ?"

Toutrefois, il estime qu'il faut faire preuve de courage et de résilience. Je me sens la responsabilité de me montrer fièrement, car ça va créer l'espace pour les autres autour de moi, confie-t-il.