•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le manque de financement est un des problèmes principaux des organismes francophones hors Québec

Point du jour, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 6 octobre 2022

Le manque de financement est un des problèmes principaux des organismes francophones hors Québec

Réaction de l'APF à la demande de la FCFA

Gros plan sur le visage d'un homme qui répond aux questions du journaliste.
Abdallah Oumalek, directeur général de l'APF, nous annonce son départ à l'Association des parents fransaskois.PHOTO : Radio-Canada / Albert Couillard
Point du jour, ICI Première.
Point du jourPublié le 6 octobre 2022

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) réclame au gouvernement fédéral 300 millions de dollars de plus, dans le prochain Plan d'action pour les langues officielles 2023-2028.

La pandémie et l'inflation rendent encore plus vulnérables des organismes et des communautés francophones, à l'extérieur du Québec, précise la FCFA.

Le directeur général de l’Association des parents fransaskois (APF), Abdallah Oumalek, est tout à fait d'accord avec la demande qui a été faite par la FCFA.

Pour démontrer les problèmes de roulement de personnel au sein des organismes francophones, Abdallah nous affirme qu'il a été le 5 e directeur de l'APF en 4 ans.

Cependant, le problème principal, selon monsieur Oumalek, c'est le financement qui est limité pour les salaires des employés et de la direction.

Ces salaires n'étaient vraiment pas compétitifs et ne comprenaient pas d'avantages sociaux, explique-t-il.

Le directeur général de l'APF a aussi de la difficulté à embaucher, car lorsqu'il lance des offres d'emploi, les contrats ne sont que d'une année renouvelable et cela n'encourage pas beaucoup de monde.