•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Célébration de la Journée Vérité et Réconciliation à Regina

Point du jour, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 29 septembre 2022

Célébration de la Journée Vérité et Réconciliation à Regina

Deux participantes nous dévoilent l'importance de l'événement Miyo-wîcîwitowin

L'édiffice du stade Mosaic.
Ally Wellard et Alyssa Parker sont deux personnes qui participeront à l'événement We Walk Together et nous racontent la raison pour laquelle elles vont y participer.PHOTO : Radio-Canada / Matthieu Howard
Point du jour, ICI Première.
Point du jourPublié le 29 septembre 2022

Aujourd'hui, au stade Mosaic de Regina, il y aura un événement pour souligner la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, qui aura lieu demain le 30 septembre.

Le rassemblement Miyo-wîcîwitowin (We Walk Together) a lieu le 29 septembre afin de laisser les gens, venant d'autres provinces, de revenir à leur domicile pour le 30 septembre, afin de souligner cette journée avec leur proche.

Le but de l'événement est de réunir 10 000 personnes, dont des élèves, des étudiants, des dirigeants de compagnie et tout le public en général, « pour partager la vérité dans le but d'inspirer l'action ».

Alyssa Parker est une professeure de 2e année dans les écoles du Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) et Ally Wellard est une étudiante en enseignement du français à La Cité universitaire francophone de l'université de Regina.

Toutes les deux seront présentes au stade Mosaic pour l'événement We Walk Together pour souligner la Journée nationale de la Vérité et de la Réconciliation.

Alyssa a décidé de participer à cet événement pour faire le deuil des enfants et des personnes racisées, qui ont vécu ces expériences-là dans les pensionnats pour Autochtones, mais aussi pour ceux qui ont vécu du racisme tous les jours dans les institutions.

Pour Ally, c'était important d'y participer, car étant métisse elle-même, elle sait que ces difficultés, engendrées par le passé, sont vraies.

Il est essentiel de regarder vers la partie réconciliation, dit l'étudiante, pour améliorer le futur, et que les enfants ainsi que les gens n'aient pas à vivre ces mauvaises expériences.

L'enseignante nous explique que la journée du 30 septembre est particulière pour elle, car cela permettra aux enseignants de savoir être capables de répondre aux appels d'éducation dans la province, pour mieux comprendre les enjeux historiques.