•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Retour sur le 3e débat des candidats à la chefferie conservatrice

Point du jour, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 5 août 2022

Retour sur le 3e débat des candidats à la chefferie conservatrice

Un 3e débat à l'avantage de Jean Charest

Le modérateur Rob Batherson et de gauche à droite : Roman Baber, Scott Aitchison et Jean Charest assis autour d'une table ronde.
Le politologue et directeur de l’institut d’études canadiennes de l’Université McGill à Montréal Daniel Béland nous fait l'analyse du 3e débat pour le leadership du Parti conservateur du Canada.PHOTO : La Presse canadienne / Adrian Wyld
Point du jour, ICI Première.
Point du jourPublié le 5 août 2022

Le troisième débat des candidats à la chefferie du Parti conservateur du Canada a eu lieu mercredi dernier. Seulement trois candidats ont pris part à la joute, celui qui est considéré comme le favori de la course, Pierre Poilievre, n'y a pas participé. Il faisait plutôt campagne à Regina ce soir-là. La candidate Leslyn Lewis était aussi absente du débat.

Le politologue et directeur de l’institut d’études canadiennes de l’Université McGill à Montréal Daniel Béland a suivi de près ce troisième et dernier débat pour la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada auquel ont participé les candidats Jean Charest, Scott Aitchison et Roman Baber.

Selon lui, la joute a été dominé par Jean Charest, car il est le candidat qui a le plus de chance de l'emporter, derrière Pierre Poilièvre, qui ne s'est pas présenté au troisième débat. Le fait que le débat soit bilingue a aidé grandement Jean Charest, dit le politologue de l'Université McGill, à Montréal.

Pierre Poilièvre et Leslyn Lewis, quant à eux, ont dû payer une somme de 50 000 dollars pour ne pas s'être présenté à ce rendez-vous.

Daniel Béland rappelle que Pierre Poilièvre est en tête, parce qu'il a très bien fait lors de la collecte de fond ainsi que pour recruter des membres du parti.