•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Point du jour, ICI Première.
Point du jour, ICI Première.
Rattrapage du lundi 10 mai 2021

Diagnostic de TDAH  :  quand le remède est pire que le mal

Est-ce que poser un diagnostic de TDAH fait plus de mal que de bien ?

Publié le 10 mai 2021
Une jeune fille a de la difficulté à se concentrer.
Le trouble de l'attention est diagnostiqué avant 12 ans chez l'enfant.PHOTO : iStock / Pornpak Khunatorn

Les experts s'intéressent depuis plusieurs années aux diagnostics de TDAH, trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité. Certains déplorent que ce diagnostic soit émis trop rapidement aux enfants. On soulève par exemple l'impact que cela pourrait avoir sur la nature des interactions entre les élèves et les enseignants.

Un diagnostic va jouer sur la perception du rendement, soulève Thomas Rajotte, professeur en didactique et orthopédagogie des mathématiques à l'Université du Québec à Rimouski. Trop de mesures peuvent devenir une nuisance.

Dans un article publié dans La Conversation (Nouvelle fenêtre), le professeur Thomas Rajotte s'est intéressé aux mesures d'adaptation prises par les écoles afin de soutenir l'élève, avec un diagnostic de TDAH, dans ses apprentissages.

Ces mesures, selon lui, peuvent aussi constituer un frein aux apprentissages de l'enfant.