•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Journée internationale de sensibilisation aux surdoses

Point du jour, ICI Première.
Rattrapage du lundi 31 août 2020

Journée internationale de sensibilisation aux surdoses

Journée internationale de sensibilisation aux surdoses

Marilou Gagnon
Marilou GagnonPHOTO : Radio-Canada / CBC
Point du jour, ICI Première.
Point du jourPublié le 31 août 2020

Selon Statistique Canada, la crise des surdoses a fait diminuer l'espérance de vie à la naissance dans certaines régions. En Saskatchewan, les statistiques préliminaires des coroners de la province suggèrent déjà un nombre record de décès par surdose en 2020. Marilou Gagnon, professeur agrégé à l'École des sciences infirmières de l'Université de Victoria, affirme que la criminalisation des drogues et le marché non réglementé sont deux des principales causes de la crise actuelle.

Elle souligne que les mesures de santé publique pour prévenir la COVID-19 ont eu des effets délétères sur les personnes qui consomment des drogues.

La distanciation sociale et l'isolement ont dû forcer la fermeture des services de réductions des méfaits.

Selon elle, les gens qui doivent consommer des drogues seuls sont plus vulnérables aux surdoses.

À son avis, la docteure Marilou Gagnon, l'état actuel des choses nuit aux usagers de drogues.

On investit énormément dans un système pour punir les gens. À chaque fois que l'on amène une personne dans le système carcéral, on cause encore plus de méfaits.

« Il n'y a pas de preuve que la criminalisation est efficace, il n'y a pas de preuve scientifique pour appuyer ce système moral. »

—  Marilou Gagnon, professeur agrégé à l'École des sciences infirmières de l'Université de Victoria

Bon nombre de groupes dont l'Association canadienne des chefs de police recommande la décriminalisation de la possession simple de drogues illégales. Cependant, Marilou Gagnon regrette que le changement ne s'opère pas assez rapidement.

Ça demande un très grand courage politique, ce n'est pas une tâche évidente, on l'a vu avec la légalisation du cannabis.

Investirons-nous nos ressources de façon efficace? c'est la question qu'elle se pose.