•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Daphné B. et la poésie des couleurs de vernis à ongles

L'autrice Daphné B.
L'autrice Daphné B. PHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 10 avril 2020

Le maquillage, une simple coquetterie? Pas pour Daphné B. La poète et traductrice, qui compte parmi les 10 jeunes auteurs à surveiller de 2020 de Plus on est de fous, plus on lit!, est également l'auteure de Choses sérieuses (Nouvelle fenêtre), un nouveau bulletin d'information sur le maquillage. Daphné B. explique à Marie-Louise Arsenault comment le vernis à ongles et le mascara peuvent devenir des instruments d'apaisement, d'appartenance et d'autonomisation.

« Il y a forcément une jouissance dans la répétition. C’est apaisant de reconnaître des images, de pouvoir les nommer. Les stéréotypes sont lisibles parce qu’ils nous sont culturellement familiers; ils s’adressent à un groupe de gens qui nous ressemblent. Le plaisir que j’ai à décoder avec aisance ces noms de couleur, c’est le plaisir élémentaire de me sentir incluse dans un groupe. Je goûte au sentiment d’appartenance. Je “catche” [la nuance de vernis] ballet slippers, parce qu’on s’adresse à moi. Et quoi de mieux pour me sentir considérée, importante? Même si c’est une entreprise de vernis à ongles qui me parle. »