•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La liste de l'invitée : Les réponses de Josée di Stasio

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du vendredi 18 mai 2018

La liste de l'invitée : Les réponses de Josée di Stasio

Josée di Stasio : exceller en toute humilité

L'animatrice sourit à pleines dents.
L'animatrice Josée di Stasio présente ses amours littéraires.PHOTO : Radio-Canada / Christian Côté
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 18 mai 2018

Avec ses recettes réunissant le meilleur de l'Italie et du Québec, et son charme simple et chaleureux, elle a trouvé sa place dans pratiquement toutes les cuisines québécoises. Malgré tout le succès qu'elle remporte, Josée di Stasio reste d'une désarmante humilité. Celle qui se décrit comme une « anti-kid-kodak » se cache derrière le micro de Marie-Louise Arsenault pour répondre au questionnaire littéraire.

Quel mot vous décrit?
Ça part mal! Un seul mot? Je dirais « indécise ». J'ai un bon instinct pour les grandes décisions de vie, mais je suis une éternelle indécise pour les petites décisions: quoi commander au restaurant, où poser tel cadre, etc.

Quelle est votre devise?
« Keep calm and eat chocolate. » On n'en peut plus des variations de ce slogan, mais en même temps... c'est vrai!

En quoi excellez-vous?
Exceller? Je n'excelle en rien! Mais je suis empathique et je fais des toasts succulentes.

Quel est votre mot préféré?
Enfant. Plus je prends de l'âge, et plus je suis fascinée par les enfants : leur candeur, leur créativité, leur regard sur le monde.

Et celui que vous aimeriez bannir?
Foodies. Je n'en peux plus de ce mot! Pour moi, ça évoque une standardisation de la cuisine, de manger ce qui est in et de ne pas manger ce qui est out.

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit?
Trois piles de livres, un diffuseur d’huiles essentielles, un réveille-matin, un cahier, des Post-it et un radio

Quelle lecture obligatoire a été une torture?
Toutes les lectures imposées à l’école

Quelle écrivaine ou quel écrivain inviteriez-vous à souper?
Une grande table avec plein d’Italiennes et d’Italiens, dont Goliarda Sapienza, Alessandro Baricco, Fellini… J'étais sur le point d'inviter Dante!

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle vous a le plus troublée?
L’aveuglement, de José Saramago

Quel personnage de fiction aimeriez-vous rencontrer?
Paddington

Quel est votre plus récent engouement artistique?
La musique, je l'écoute d'une manière qui n'est pas agréable pour les autres, c'est-à-dire en boucle! Ces temps-ci, c'est Michael Kiwanuka, l'album Love & Hate que j'écoute. Je viens aussi de découvrir les livres de Sylvie Drapeau (Le fleuve, Le ciel, L'enfer), un recueil de photos de Dominique Skoltz et un livre sur le Wabi Sabi.

Quel texte pouvez-vous réciter par cœur?
L’invocation à Patanjali qu’on récite avant le cours de yoga.

Quelle est votre meilleure blague?
En fait, les blagues ne me font pas rire, mais j’adore les gens qui ont de l’esprit.

Quelle est la pire ou la plus belle chose qu’on vous a dite?
La pire : « Vous avez un cancer… »
Et une belle : « Maintenant tout va bien. »

À qui voudriez-vous adresser un mot d’excuse?
À moi. J'exige beaucoup de moi-même, et je me suis pompé l'air pendant un temps. Je sens qu'après m'en être demandé beaucoup, je suis rendue à m'accorder une petite pause.

La plus grande leçon que la vie vous a apprise?
Rien n’est permanent, rien n’est parfait.