•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le livre-témoignage Faim de vivre : Entrevue avec Jérôme Ferrer

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du lundi 22 janvier 2018

Le livre-témoignage Faim de vivre : Entrevue avec Jérôme Ferrer

Jérôme Ferrer : cuisiner pour une personne mourante, un geste d'amour

Le livre-témoignage de Jérôme Ferrer, « Faim de vivre »
Le livre-témoignage de Jérôme Ferrer, « Faim de vivre »PHOTO : Flammarion
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 22 janvier 2018

« Cuisiner pour quelqu'un est un acte d'amour, un don de soi, quel que soit le plat qu'on choisit de servir. C'est une façon de dire à la personne qui souffre, qui doit affronter les épreuves d'un traitement : "Je t'aime. Je suis là pour toi, tu peux compter sur moi." » Le chef de l'Europea Jérôme Ferrer publie Faim de vivre, un livre touchant qui raconte les derniers moments de Virginie, sa « douce moitié » décédée d'un cancer, et de ses tentatives pour alléger ses souffrances.

Né le 10 novembre 1974 à Port-la-Nouvelle dans le sud de la France, Jérôme Ferrer est arrivé au Québec en 2001. Connu pour être le chef du célèbre restaurant Europea, il publie plus de 11 livres de recettes tels que Les secrets des soupes veloutés et potages (2014) et La Bible des sauces (2017). Il raconte le deuil de sa conjointe dans son dernier livre-témoignage, La faim de vivre.

« C’était une amie d’enfance, ma confidente, ma douce moitié. [...} Je dois dire avant tout que ce livre a été très difficile à écrire. »

—  Jérôme Ferrer

« Les seules armes que j’avais à ma disposition étaient les aliments. » Jérôme Ferrer raconte comment il a tenté de réveiller l’appétit de sa conjointe avec des recettes lui rappelant sa jeunesse. La cuisinothérapie, c’est une médecine parallèle très douce, qui fait un grand bien, selon lui.

Sur la mort de Paul Bocuse
« Je lui vouais une admiration sans faille. C’est une légende, comme Elvis Presley, il va rester dans le temps, il ne disparaitra jamais. C’est le pape de la gastronomie. »

Référence :
Faim de vivre (Nouvelle fenêtre), Jérôme Ferrer, Flammarion, 16 janvier 2018. Tous les profits iront à la fondation Charles-Bruneau, à des organismes de recherche sur le cancer et à la Maison Victor-Gadbois, maison de fin de vie, à Saint-Mathieu-de-Beloeil.
Le site web de la Fondation Charles-Bruneau (Nouvelle fenêtre)