•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le roman La Scouine : Entrevue avec Gabriel Marcoux-Chabot

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du lundi 15 janvier 2018

Le roman La Scouine : Entrevue avec Gabriel Marcoux-Chabot

La Scouine : revisiter un livre à l’index avec Gabriel Marcoux-Chabot

L'auteur Gabriel Marcoux-Chabot
L'auteur Gabriel Marcoux-ChabotPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 15 janvier 2018

« C'est comme un trésor qui est dans ton salon, qui traîne là depuis toujours », dit l'auteur Gabriel Marcoux-Chabot au sujet du livre qualifié d'anti-terroir La Scouine (1918), d'Albert Laberge, autrefois condamné par l'Église. Il nous en propose aujourd'hui une version revisitée, publiée aux éditions La Peuplade.

L’écrivain Gabriel Marcoux-Chabot, connu aussi sous le nom de Banane rebelle durant la grève étudiante de 2012, en est à son troisième roman avec La Scouine. Il a remporté le prix Rabelais 2016 pour son ouvrage Tas d’roches. Il s'est intéressé, dans sa thèse de doctorat, à l’érotisme dans l’œuvre d’Albert Laberge, un écrivain cryptique du début du 20e siècle.

Albert Laberge
« Ses ouvrages étaient autopubliés, il en donnait quelques-uns à ses amis, ils étaient presque inaccessibles à l’époque. » Albert Laberge (1871 -1960) est connu pour être le premier écrivain canadien-français à faire du réalisme tout en rompant avec le romantisme de l’époque. Il dépeignait la ruralité comme un univers hostile, dur et dénué de bonheur, au grand dam de l’Église. Cette dernière, représentée par les censeurs Camille Roy et Mgr Paul Bruchési, qualifie son œuvre de pornographie.

Durant la Révolution tranquille, lorsqu’on redécouvre l’œuvre de Laberge, on profite de cette anecdote pour se moquer de l’Église et de son puritanisme.

Une version décomplexée
« Je voulais explorer les potentiels [de La Scouine], et à force de le réécrire, je suis allé ailleurs. Dans La Scouine d’Albert Laberge, il y a des désirs qui émergent, mais on est dans une époque où il n’y a pas de mots pour les écrire », explique Gabriel Marcoux-Chabot, qui remanie l’histoire classique d’Albert Laberge pour en faire un roman plus contemporain. « C’est un véritable remake littéraire », dit Biz, qui participe à la discussion.

Résumé du livre :

« La Scouine, c’est une vie noyée de silence, la solitude, l’incommunicabilité; c’est un désir enfoui, réprimé, un désir qui, malgré tout, cherche à s’exprimer. C’est le vertige qui nous saisit devant la troublante étrangeté de notre propre intériorité. La Scouine, c’est un roman centenaire d’Albert Laberge revisité par un auteur qui n’a pas craint d’en explorer les zones d’ombre et les tensions implicites, une œuvre de chair et de sang, à la fois cruelle et sensuelle, un chant obsédant d’une féroce beauté. » La Scouine (Nouvelle fenêtre), Gabriel Marcoux-Chabot, La Peuplade, 16 janvier 2018

« La scouine », Gabriel Marcoux-Chabot, La Peuplade, 16 janvier 2018

Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa