•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Denise Desautels honore la poésie québécoise en France

Elle porte des lunettes rondes, et elle sourit au photographe.
La poète Denise DesautelsPHOTO : Normand Rajotte
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 20 avril 2022

« J'écris comme on fait des fouilles, en archéologue de l'intime. » Denise Desautels vient lire au micro un passage de ses derniers recueils de poésie, L'angle noir de la joie et D'où surgit parfois un bras d'horizon. L'écrivaine et poète réagit également à son entrée dans la prestigieuse collection Poésie de Gallimard, devenant ainsi la première femme à y être publiée et la deuxième personne du Québec à y être représentée, après Gaston Miron.

« Je connais bien notre poésie, je la sais riche. »

— Une citation de  Denise Desautels

Denise Desautels est née à Montréal le 4 avril 1945 quelque part dans le Plateau-Mont-Royal, un quartier populaire, « celui de Michel Tremblay », précise-t-elle. L’écrivaine raconte à Marie-Louise Arsenault son enfance dans la Grande Noirceur, où la mort rôdait constamment autour d’elle. « Je n’ai pas vécu dans un pays en guerre, mais autour de moi, il y avait un champ de bataille », dit-elle.

La poète a publié plus d’une vingtaine de recueils de poésie, une quinzaine de livres d’artistes, un récit, des textes dramatiques radiophoniques ainsi qu’un abécédaire.

À lire : L’angle noir de la joie suivi de D’où surgit parfois un bras d’horizon, Denise Desautels, Gallimard, mars 2022 en France (13 avril au Québec)

Résumé de la maison d'édition : Unanimement considérée comme une des grandes voix de la poésie nord-américaine, la Québécoise Denise Desautels, née à Montréal en 1945, confie dans D’où surgit parfois un bras d’horizon : « J’écris légèrement au-dessus de la douleur. » S’expriment constamment dans ces poèmes le combat pour la joie et un amour désespéré de la vie, dans une écriture incisive et resserrée. Ici « se cherche un jardin », au cœur sensible de l’éphémère et du fragile.