•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Réflexion sur les imaginaires collectifs avec Gérard Bouchard

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.

Gérard Bouchard : les mythes fondateurs, et ce qui fait un Québécois

Gérard Bouchard en studio
Le professeur, chercheur, historien et sociologue Gérard BouchardPHOTO : Radio-Canada
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 10 février 2022

Les grands idéaux qui ont longtemps soudé les communautés sont-ils en train de s'éroder? La question se pose, surtout en regardant nos sociétés être secouées par des courants de plus en plus violents. Le sociologue Gérard Bouchard se penche sur ce qui facilite l'établissement de mythes fondateurs pour un peuple ou une nation.

Une chose est sûre, on ne s’entend pas toujours sur les figures qui symbolisent un tel mythe, selon le professeur.

Quelle figure choisir?

Les Québécois, par exemple, ne s’entendent pas toujours sur l’identité du personnage associé à leur mythe fondateur. Certains pensent à Jacques Cartier, le premier Français à mettre le pied sur notre continent, d’autres favorisent plutôt les patriotes de 1837.

Gérard Bouchard explique que les nations décident de leurs mythes fondateurs en se basant sur des valeurs qu’elles croient essentielles, vitales.

Mais il arrive que deux nations favorisent les mêmes idéaux, mais que l’application de ces idéaux varie et mène à des résultats opposés.

Une question partisane

Sur ce qui constitue un Québécois, idée qui a fait un retour dans l’actualité, récemment, après une déclaration du premier ministre François Legault, Gérard Bouchard y voit une querelle d’ordre politique et partisane.

« Il est établi depuis longtemps ce qu’est un Québécois : c’est quelqu’un qui habite au Québec », dit-il en ajoutant qu’il faut maintenant travailler à établir un nouvel imaginaire collectif pour répondre aux besoins d’une société qui n’a plus la même homogénéité qu’il y a quelques décennies.