•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Dany Laferrière pour son livre Petit traité sur le racisme

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 19 août 2021

Entrevue avec Dany Laferrière pour son livre Petit traité sur le racisme

Une heure avec Dany Laferrière, écrivain libre

Il porte un chandail gris et une montre dorée,
L'écrivain Dany LaferrièrePHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 19 août 2021

« Chaque fois qu'on me cerne dans un cul-de-sac ou dans une impasse, j'écris un nouveau livre, je propose un autre débat. Ce sont mes livres qui m'ont défendu. » Dany Laferrière répond aux critiques par la pointe de sa plume et réitère l'importance de pouvoir tout dire lorsqu'on écrit des romans. Pendant une heure, l'académicien revient sur les moments charnières de sa vie : son enfance passée dans la pauvreté, mais dans la dignité en Haïti, son arrivée dans l'effervescence de Montréal à la veille des Jeux olympiques de 1976, son dur labeur dans une usine à Salaberry-de-Valleyfield, ses premiers succès littéraires, etc.

« La lutte pour essayer de survivre et pouvoir dire ce qu’on a à dire le plus longtemps possible, de rester debout fait partie même de la littérature. Ce n’est pas une lutte [parallèle], c’est la littérature. »

— Une citation de  Dany Laferrière

Dany Laferrière, qui soulignait l’an dernier ses 35 ans de carrière d’écrivain, vient de publier son trente-troisième livre, Petit traité sur le racisme. « C’est un livre qui désoriente les poursuivants qui voudraient m’abattre, parfois avec raison, et aussi une réflexion sur la question », précise l’auteur.

À lire : Petit traité sur le racisme, Dany Laferrière, Boréal, 15 juin 2021

Résumé de l'éditeur : Je voudrais remettre de la chair et de la douleur dans cette tragédie qu’est le racisme. Je voudrais rappeler que, quand quelqu’un meurt de cette façon, je parle de véritables assassinats qui se passent, sous nos yeux, dans les rues américaines, et de petits meurtres aussi qui se passent dans les salons, rappeler donc que c’est un être humain qu’on a tué ou qu’on cherche à tuer, et non un concept.

Il ne faut pas oublier tous ceux qu’on a poussés au suicide lent ou à la dépression. Tous ces crimes qui passent inaperçus parce qu’on a choisi de torturer un être faible, discret, et isolé. Il faudrait que quelqu’un parle en leur nom. Je n’aime pas parler au nom des gens mais puisqu’ils sont morts...

La page couverture du livre « Petit traité sur le racisme » (g) de Danny Laferrière(d)

Le dernier livre(g) de Dany Laferrière(d)

Éditions Boréal / Radio-Canada