•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 9 févr. 2021 : Méditation, théâtre et littérature

Comment enseigner la littérature avec C. Mavrikakis, S. Martelly et Alain Farah

Comment enseigner la littérature, avec Catherine Mavrikakis, Stéphane Martelly et Alain Farah

Publié le 9 février 2021
Un professeur s'adresse à une classe où sont assis de nombreux étudiants.
Un professeur s'adresse à une classe où sont assis de nombreux étudiants.PHOTO : Getty Images / skynesher

Le corps étudiant a-t-il un droit de regard sur les œuvres enseignées? Peut-il critiquer, exclure ou choisir les ouvrages à étudier? Le corps professoral doit-il s'adapter aux sensibilités des personnes en classe? Nous avons réuni trois professeurs chevronnés, Stéphane Martelly, Catherine Mavrikakis et Alain Farah, afin de répondre à ces questions éthiques, mais aussi pour qu'ils se prononcent sur les polémiques qui font couler beaucoup d'encre ces temps-ci : l'utilisation du mot en n, les romans potentiellement problématiques, la censure, etc.

« Enseigner, c’est tenir compte du monde devant soi, c’est la moindre des choses. Ça ne veut pas dire que l’on ne peut plus lire ou que l’on ne peut plus enseigner, ça veut dire qu’il faut le faire autrement, avec plus de finesse, plus d’éruditions et plus de compétences. »

—  Stéphane Martelly