•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La liste de l'invité : Les réponses de Paule Baillargeon

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 13 nov. 2020 : Paule Baillargeon et Pascale Renaud Hébert

La liste de l'invité : Les réponses de Paule Baillargeon

La cinéaste primée Paule Baillargeon répond à la « liste de l’invitée »

Paule Baillargeon dans nos studios
Paule Baillargeon dans nos studiosPHOTO : Radio-Canada / Pascal Michaud
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 13 novembre 2020

La comédienne, cinéaste et autrice Paule Baillargeon a réalisé neuf films et écrit deux livres, dont son plus récent, Une mère suivi de Trente tableaux, dans lequel elle explique le désamour de sa mère. « Je ne sais pas de quoi elle parlait quand elle disait que j'étais insupportable, se demande Paule Baillargeon. Elle ne comprenait pas qui j'étais, elle ne l'a jamais su. » Ironiquement, Paule Baillargeon a pris soin de sa mère à la fin de sa vie. Elle répond à la « liste de l'invitée », dans laquelle on comprend l'importance de la littérature dans sa carrière.

Quelle chanson vous représente?
Le petit cheval, composée et chantée par Georges Brassens, sur un poème de Paul Fort. Je l’ai entendue la première fois à l'âge de 9 ans, et Brassens est alors entré dans ma vie pour toujours.

Quel mot vous décrit?
Incontrôlable

Quel est votre mot préféré? Et celui que vous aimeriez bannir?
Le plus beau mot est « mélancolie ». Un très beau mot pour décrire une affreuse maladie, dont je suis affligée.
À bannir, « mesquinerie ».

Quel est votre plus ancien souvenir de lecture (le premier livre que vous vous rappelez avoir lu)?
Il y en a deux. Don Camillo, de Giovanni Guareschi, qui traînait dans la maison. J’adorais le curé Don Camillo et son ennemi communiste Peppone. Leur amitié était belle, et ils étaient drôles. Je relisais ce livre sans arrêt. Et Rue Deschambault, de Gabrielle Roy. Celui-ci était triste.

Quelle lecture a fait votre éducation sentimentale ou amoureuse?
Jane Eyre, de Charlotte Brontë. Je n’en vois pas d’autres.

Quelle lecture a vous a fait changer d’opinion, a changé votre regard sur un sujet?
Mémoires d’Hadrien, de Marguerite Yourcenar

Quel livre avez-vous honte de n’avoir jamais lu?
Il y en a tellement. Je n’ai pas lu À la recherche du temps perdu, de Marcel Proust. Ma sœur l’a lu trois fois. Ça me renverse.

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle vous a le plus fait rire/pleurer?
Je me souviens de Durocher le milliardaire, de Robert Gravel. C’était très drôle, et profondément tragique. Un point de vue surprenant. Une merveille.

Quel est votre plus récent engouement artistique (livre, film, théâtre, album…)?
The Queen’s Gambit, sur Netflix

Quel est votre album chouchou?
Tout Georges Brassens, tout Thelonious Monk.

Avez-vous le souvenir d’un spectacle exceptionnel, d'une performance inoubliable?
James Hyndman, époustouflant dans La nuit avant les forêts, de Bernard-Marie Koltes, mis en scène par Brigitte Haentjens. Pour moi, l’interprétation de Hyndman est si grande qu’elle est proprement indépassable.

Quelle expression vous exaspère?
« Au niveau de… »

À qui voudriez-vous adresser un mot d’excuse?
À mon père. Je n’étais pas là quand il est mort.

Référence
Une mère suivi de Trente tableaux, Paule Baillargeon, Les Herbes rouges, 2020 (Nouvelle fenêtre)