•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 18 août 2020 : mot interdit, liberté de presse et créativité

Analyse du mot « nègre » avec Donald Cuccioletta et Webster

L'analyse du mot « nègre » avec Donald Cuccioletta et Webster

Publié le 18 août 2020
Il sourit au micro.
L'artiste multidisciplinaire WebsterPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

L'animatrice de CBC Wendy Mesley a été suspendue après avoir cité en réunion le titre du livre de Pierre Vallière Nègres blancs d'Amérique. Le même ouvrage a aussi été cité par une professeure de l'Université Concordia, Catherine Russell, qui est la cible d'une pétition qui appelle à sa destitution. Ce mot à la charge historique très profonde a créé son lot de controverses cet été. Est-ce que ça a été aussi le cas à toutes les autres époques? Comment son utilisation a-t-elle évolué? On fait appel à l'expertise de l'historien Donald Cuccioletta et du rappeur et conférencier Webster.

« Je pense qu’on devrait pouvoir l’utiliser dans un contexte historique. Je pense qu’on devrait pouvoir nommer l’œuvre comme elle est : Nègres blancs d’Amérique. Ça fait partie de l’histoire et le fait que ce soit appelé ainsi, si l’on décide de le renommer Les Noirs blancs d’Amérique, on vient de perdre tout un élément historique. On perd l’analyse si l’on change le titre. »

—  Webster