•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le confinement de Lise Tremblay, écrivaine et louve solitaire

Elle sourit au micro.
L'écrivaine Lise TremblayPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 30 mars 2020

La symbolique du loup a une forte résonance chez Lise Tremblay. Dans son roman, L'habitude des bêtes, elle traitait d'un loup qui sème la pagaille dans un village. Elle rappelle que, comme la peste ou la grippe, le loup est une menace forte qui inquiète l'humanité depuis toujours. Discussion avec cette femme solitaire qui vit au fond des bois dans le Saguenay-Lac-St-Jean.

En ce moment, Lise Tremblay écrit une nouvelle sur des femmes qui se sont fait flouer en amour. L'autrice dit être inspirée par sa réaction au patriarcat.

Bien qu'elle avoue n'être toutefois pas inspirée à créer à propos de la pandémie pour le moment, celle qui a enseignée la littérature au cégep pendant plus de 25 ans a des craintes en cette crise sanitaire sans précédent.

« J’ai peur que certaines communautés soient montrées du doigt. J’ai peur pour l’économie, mais c’est le propre du système capitaliste de planter de la sorte. J’ai peur pour le système de santé. Je connais une personne qui travaille dans un CHSLD et qui pleure tous les soirs quand elle rentre chez elle. Malgré tout, j’ai l’impression que la Terre doit respirer un peu mieux en ce moment. »