•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le mot à définir avec Daniel Weinstock : Essentiel

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.

L'évolution surprenante de l'utilisation du mot « essentiel »

Le professeur à la Faculté de droit de l'Université McGill Daniel Weinstock
Le professeur à la Faculté de droit de l'Université McGill Daniel Weinstock PHOTO : Radio-Canada / Martin Ouellet
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 30 mars 2020

Ce que l'on considère comme essentiel a beaucoup changé au fil du temps. D'ailleurs, depuis quelques semaines, nous constatons un sens surprenant au mot « essentiel ». Il y a 18 mois, au Québec, le cannabis se qualifiait uniquement comme une substance illégale et condamnée. Il est devenu le produit d'un commerce primordial aux yeux du gouvernement en période de pandémie. Daniel Weinstock remonte le temps pour trouver la véritable définition de ce mot fondateur.

On doute que le gouvernement de François Legault ait pensé aux Grecs lorsqu’il a défini sa liste des services essentiels (Nouvelle fenêtre) qui peuvent demeurer ouverts pendant la crise de la COVID-19.

Pourtant, ce sont eux qui ont développé ce mot, qui a été ensuite traduit en latin par essentia, qui veut dire « l’être ». Il permettait de distinguer ce qui est absolument nécessaire de ce qui est secondaire à l’existence.

Essentiel à la sécurité

Daniel Weinstock indique qu’il y a une cinquantaine d’années, le mot essentiel a pris le sens qu’on connaît aujourd’hui en désignant plutôt ce qui est important.

Il fait remarquer que le mot est souvent utilisé dans le domaine juridique, lorsqu’on parle de droits et services essentiels. Ainsi, il a servi à baliser le droit à la grève, quand on établit ce qui est un service essentiel à la sécurité et au bien-être de la population.

Le Pr Weinstock dit par ailleurs qu’on définit l’essentiel différemment selon nos conditions de vie. En ces temps de pandémie, respecter une distanciation physique de deux mètres nous est plus facile qu’elle peut l’être à quelqu’un qui ne dispose, pour vivre, que d’un espace de moins de 10 mètres carrés.