•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du mardi 19 mars 2019

Qui sommes-nous pour être découragées? : Entrevue avec Lorraine Guay

Qui sommes-nous pour être découragées : l’infatigable militante Lorraine Guay

Publié le 19 mars 2019
Elle sourit au micro.
La militante Lorraine GuayPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Les luttes ne sont pas terminées ni gagnées. Il y a des luttes qui sont constamment à recommencer. » La grande figure du militantisme québécois Lorraine Guay annonce les combats à venir pour atteindre l'égalité des sexes. Elle vient parler de ses entretiens accordés à la spécialiste des mouvements sociaux Pascale Dufour, qui les a réunis sous la forme d'un livre : Qui sommes-nous pour être découragées?

« J’ai beaucoup de difficulté à m’imaginer un jour prendre ma retraite de la vie militante. Je ne sais pas comment on peut faire pour vivre heureux sans être engagé. »

—  Lorraine Guay

Qui sommes-nous pour être découragés (Nouvelle fenêtre), de Pascale Dufour (conversation militante avec Lorraine Guay), Écosociété, 12 mars 2019

Résumé de l'éditeur :

Qui sommes-nous pour être découragées? Au fil de cette conversation avec Pascale Dufour, Lorraine Guay nous met au défi de répondre à cette question.

Pour cette militante du milieu communautaire, notre devoir moral est clair : nous sommes les héritières des luttes passées et nous devons les poursuivre sans relâche. Antidote au cynisme et au désengagement de la chose publique, cette « posture de vie » guide son implication politique depuis plus de 60 ans.

Infirmière de formation, intellectuelle autodidacte, Lorraine Guay s'est engagée sur de nombreux fronts tout au long de sa vie : d'abord au sein de la Jeunesse étudiante catholique, puis à la Clinique populaire de Pointe-Saint-Charles, où elle passera plus de 15 ans de sa vie.

Elle a aussi lutté pour la solidarité internationale avec les peuples d'Amérique latine et de Palestine, pour les ressources alternatives en santé mentale, pour la souveraineté du Québec, dans le mouvement féministe et dans la recherche universitaire en milieu communautaire.

Revenant sur les expériences marquantes de son parcours, elle réfléchit en compagnie de Pascale Dufour aux questions sociales, politiques et personnelles.