•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La Guerre des pauvres : Entrevue avec Éric Vuillard

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du jeudi 14 février 2019

La Guerre des pauvres : Entrevue avec Éric Vuillard

Éric Vuillard : mieux comprendre les soulèvements populaires par l’histoire

Un homme portant un veston gris est debout sur un balcon.
Éric VuillardPHOTO : Associated Press / Michel Euler
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 14 février 2019

En pleine crise des gilets jaunes en France, l'écrivain Éric Vuillard publie le court récit intitulé La guerre des pauvres. La sortie de ce livre a été devancée pour résonner avec le mouvement de protestation qui bouleverse la politique française.

Dans La guerre des pauvres, Éric Vuillard se préoccupe de l’histoire en s’intéressant à une révolution paysanne qui a eu lieu en Allemagne au 16e siècle et à son héros, le théologien Thomas Müntzer.

« Il est très rare qu’un intellectuel rallie les pauvres, les mouvements populaires. Avec Müntzer, non seulement il les rallie, mais il les écoute. »

— Une citation de  Éric Vuillard

L’écrivain constate que, depuis quelques années, bien des peuples se cherchent, notamment en Grèce, en Espagne, au Canada, aux États-Unis et dans le monde arabe.

« Quand la température politique monte, fatalement, on n’écrit pas de la même manière. Ou alors, en quelque sorte, on écrit à côté de son temps, ce qui est curieux. »

— Une citation de  Éric Vuillard

Rappelons qu’Éric Vuillard a remporté le prix Goncourt 2017 pour son roman L’ordre du jour.

La guerre des pauvres (Nouvelle fenêtre), Actes Sud, en librairie
1524, les pauvres se soulèvent dans le sud de l’Allemagne. L’insurrection s’étend, gagne rapidement la Suisse et l’Alsace. Une silhouette se détache du chaos, celle d’un théologien, un jeune homme, en lutte aux côtés des insurgés. Il s’appelle Thomas Müntzer. Sa vie terrible est romanesque. Cela veut dire qu’elle méritait d’être vécue; elle mérite donc d’être racontée.