•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Club de lecture : Anne-Marie Cadieux, Luis Clavis et Ludmila Proujanskaïa

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du lundi 30 mai 2016

Club de lecture : Anne-Marie Cadieux, Luis Clavis et Ludmila Proujanskaïa

Au club de lecture : de grands auteurs en quête de lecteurs

Les couvertures des livres mentionnés lors du club de lecture du 30 mai 2016
Les couvertures des livres mentionnés lors du club de lecture du 30 mai 2016PHOTO : Philippe Rey/Gallimard
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 30 mai 2016

Les grandes pointures de la littérature se donnent rendez-vous au club. En effet, quand a-t-on vu une brochette aussi impressionnante être recensée par notre panel : l'Américaine Joyce Carol Oates, qui publie un 40e roman des plus troublants, l'Italien Alessandro Barrico et le Français Philippe Djian.

Anne-Marie Cadieux a lu Daddy Love de Joyce Carol Oates (Philippe Rey)

Résumé du livre inspiré d’un texte de l’éditeur :

Avec Daddy Love, Joyce Carol Oates emmène son lecteur aux frontières de l’horreur. Une horreur qui commence dans le centre commercial où Robbie, cinq ans, l’enfant chéri des Whitcomb, est enlevé sous les yeux de sa mère.

Le ravisseur, un technicien du kidnapping, collectionne les petits garçons dont il se débarrasse dès qu’ils atteignent onze ou douze ans.Devenu « Gideon », Robbie va ainsi passer sept ans à « obéir » à Daddy Love afin de survivre aux traitements abominables que celui-ci lui fait subir. Mais qui est Daddy Love ?

Un homme charmant du nom de Chet Cash. Pasteur itinérant de l’Église de l’espoir impérissable, dont les prêches subjuguent l’assistance, c’est aussi un citoyen actif et estimé du village de Kittatinny Falls, un artiste admiré faisant commerce d’objets en macramé (fabriqués par Gideon), un homme que les femmes trouvent irrésistible.

« On ressent un véritable malaise. C’est un livre très, très dur, dont on ne sort pas indemne. Ce n’est pas un roman dont on peut se distancer. J’ai eu mal au ventre tout au long de ma lecture. »

Luis Clavis a lu La jeune épouse, d’Alessandro Barrico (Gallimard)

Résumé du livre inspiré d’un texte de l’éditeur :

Italie, début du XXe siècle. Un beau jour, la Jeune Épouse fait son apparition devant la Famille. Elle a dix-huit ans et débarque d'Argentine car elle doit épouser le Fils. En attendant qu’il rentre d’Angleterre, elle est accueillie par la Famille.

La Jeune Épouse vit alors une authentique initiation sexuelle : la Fille la séduit et fait son éducation, dûment complétée par la Mère, et le Père la conduit dans un bordel de luxe où elle écoutera un récit édifiant, qui lui dévoilera les mystères de cette famille aux rituels aussi sophistiqués qu'incompréhensibles.

Mais le Fils ne revient toujours pas, il se contente d’expédier toutes sortes d’objets étranges, qui semblent d’abord annoncer son retour puis signifient au contraire sa disparition.

« L’auteur parle directement au lecteur, ce qui est très intéressant. Ce n'est pas son meilleur livre, mais sa lecture demeure tout de même intéressante.  »

Ludmila Proujanskaïa a lu Dispersez-vous, ralliez-vous, de Philippe Djian (Gallimard)

Résumé du livre inspiré d’un texte de l’éditeur :

Tout commence alors que Myriam est encore adolescente. Extrêmement introvertie, elle vit chez son père qui l’a élevée seul. La mort de leur voisine fait débarquer dans le quartier un homme d’une quarantaine d’années, Yann, qui très vite devient son premier amant.

Peu après, les voici mariés et Myriam se libère de ses inhibitions de jeune fille. Elle accouche d’une petite Caroline, sans éprouver aucun sentiment maternel. Et quand son frère et sa mère réapparaissent dans sa vie pour se disputer l’héritage paternel, Myriam tranche la question en incendiant la maison de son enfance.