•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du mercredi 31 janvier 2018

La BD Ruby tête haute lue par Élisabeth Vallet

Ruby Bridges, première fillette noire à défier la ségrégation aux États-Unis

Publié le 1 février 2018
une photo en noir et blanc, trois agents et une fillette descendent les marches d'une école
Des agents escortent Ruby Bridges, la première fillette noire à fréquenter une école exclusivement pour les Blancs, en 1960, Nouvelle-Orléans.PHOTO : The Associated Press / Anonyme

Ruby Bridges est l'une des premières enfants afro-américaines à défier la ségrégation à La Nouvelle-Orléans en intégrant une école pour Blancs dans les années 1960. Accueillie par des huées, elle se fait escorter par des agents fédéraux lors de sa première journée de classe. Profitant de l'arrivée de février, Mois de l'histoire des Noirs, la chercheuse en résidence à l'Observatoire sur les États-Unis Élisabeth Vallet décortique cette histoire à la suite de la lecture de la BD Ruby tête haute, d'Irène Cohen-Janca.

Ruby tête haute, (Nouvelle fenêtre) Irène Cohen-Janca, Marc Daniau, Les éditions des éléphants, septembre 2017

Résumé de l'éditeur :

Dans la Louisiane des années 1960, Blancs et Noirs ne se mélangent pas. Ruby ne peut pas étudier à l’école près de chez elle, réservée aux Blancs : elle doit se rendre dans une autre école, bien plus loin de sa maison. Mais la ségrégation vit ses dernières heures et, à la rentrée de ses 6 ans, Ruby est la première enfant noire à intégrer une école de Blancs. L’hostilité de la population est immense et, arrivée en classe, Ruby est la seule élève… C’est le début d’une année terrible qui marquera sa vie.

Ruby Bridges a été érigée en symbole de la lutte pour les droits civiques, notamment en devenant le sujet du célèbre tableau de Norman Rockwell, The Problem We All Live With, où on la voit sur le chemin de l’école escortée par quatre marshalls fédéraux.