•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Cent ans de solitude et une finale heureuse

L'auteur sourit  sur une scène.
L'écrivain colombien Gabriel Garcia MarquezPHOTO : Reuters/Edgard Garrido
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 4 novembre 2021

Pour célébrer la fin de notre défi « Mission impossible », nous invitons Michel Tremblay à se prononcer sur Cent ans de solitude. Encore marqué par la plume de Gabriel Garcia Marquez, l'écrivain culte raconte comment son alter ego colombien l'a aidé à sortir de sa torpeur en 1976 alors qu'il était pris avec le syndrome de la page blanche. Avec lui, les volontaires et Jean Fugère reviennent également sur leur expérience de lecture digne d'une montagne russe.

« Ça m’a jeté par terre, ça a changé ma vie. [Marquez] m’a montré et prouvé que l’on pouvait mélanger [fantastique et hyperréalisme] quand on écrit. »

— Une citation de  Michel Tremblay

Une finale marquante
Les trois volontaires peuvent se féliciter d’être passés à travers ce roman dense et touffu, écrit par Gabriel Garcia Marquez en 1965 à Mexico. Si Micheline Lanctôt a éprouvé un grand plaisir, « un grand bonheur », Poirier, lui, en ressort moins indemne. « Je suis content de l’avoir lu, mais je n’ai pas nécessairement eu du plaisir du début à la fin. Ce qui est sûr, c’est que l’univers qui est mis en scène m’a habité et va continuer à m’habiter », assure le DJ et producteur. L’animatrice et productrice Alexandra Diaz, qui se sentait comme une « patate tiède laissée sur le coin d’une table » à la fin de sa lecture, promet que, par devoir familial, elle le relira, mais cette fois-ci en espagnol.

Cent ans de solitude et l'ode à la vie
« Avec le temps va, tout s’en va. Vivez pendant qu’il est encore temps. » C’est dans ces mots que le chroniqueur littéraire et notre personne-ressource tout au long de l’aventure, Jean Fugère, résume la pensée de Gabriel Garcia Marquez.

On se retrouve en 2022 pour un autre défi « Mission impossible ». En attendant, vous pouvez joindre une communauté de lecteurs et lectrices avides de livres réputés comme étant « impossibles à lire » en cliquant ici (Nouvelle fenêtre).