•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La montée de lait de Manal Drissi

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.

Manal Drissi et les « hockeyismes »

Il célèbre avec son coéquipier.
Brendan Gallagher a inscrit son premier but des présentes séries pour donner l'avance au Canadien.PHOTO : usa today sports / Dan Hamilton
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 1 juin 2021

« Ce n'est pas pour rien qu'on appelle le Canadien le Bleu-Blanc-Rouge. C'est parce qu'il a un langage coloré. » Même si d'emblée Manal Drissi avoue ne rien connaître au hockey, la chroniqueuse se réjouit tout de même de la victoire du Canadien de Montréal, qui a envoyé valser les Maple Meafs de Toronto. Amoureuse des mots, elle s'amuse à décoder les expressions les plus savoureuses de ce sport qu'elle surnomme affectueusement des « hockeyismes ».

Extrait de son monologue :

Le hockey est une langue à part entière avec ses propres règles grammaticales, syntaxiques et même géométriques. Au hockey, on dit qu’on travaille fort dans les coins même si une patinoire, ça n’a pas de coins.

C’est également une langue très imagée. On dit d’un joueur qui n’a pas beaucoup de temps de glace qu’il réchauffe le banc. Il ne fait pas de son mieux, il nous donne le deuxième effort. Il ne monopolise pas la rondelle, il mange la puck. Il ne marque pas trois buts, il fait un tour de chapeau. Il ne frappe pas à un autre joueur, il le « body checke »...