•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 31 mai 2021 : Anne Parillaud et Chris Kraus

Entrevue avec Anne Parillaud pour son livre Les abusés

Les abusés, d’Anne Parillaud : confronter la mémoire traumatique

Publié le 31 mai 2021
Une photographie de l'autrice.
Le roman « Les abusés », d’Anne ParillaudPHOTO : Robert Laffont

« Parfois, pour libérer la parole, il faut la perte de quelqu'un, la mort d'un membre de la famille, pour s'autoriser à déployer ses ailes et assumer les choses qu'on a à dire. » La mort de son père a été l'élément déclencheur qui a poussé Anne Parillaud à écrire Les abusés, son premier roman. L'actrice française, popularisée par son rôle dans Nikita, le film culte de Luc Besson, brise l'omerta familiale dans ce récit fortement inspiré de ses expériences personnelles et intimes.

« [L’écriture de ce roman] n’est ni réfléchie ni calculée. Je fais les choses par pulsion, par inspiration. D'un coup, j’ai eu cette urgence de vouloir écrire, de vouloir libérer ce que je portais en moi. […] C’est à travers l’écriture que les choses se disent et que l’inconscient se déploie. »

—  Anne Parillaud

À lire : Les abusés, Anne Parillaud, Robert Laffont, 2 avril 2021 en France et 4 juin au Québec

Résumé de l'éditeur : C’est une petite avec des habits de grande. Une enfant à qui on ne demande pas son avis et qui obéit par peur d’être sanctionnée ou mal-aimée. Sous les regards violés de tendresse, elle est devenue cette chose que l’on prend. Une fleur en pot, un corps inanimé, désincarné, mort presque. Un corps que seule l’ivresse amoureuse peut raviver...