•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 3 mai 2021 : Combat national des livres 2021

Lancement du Combat national des livres 2021

Lancement du Combat national des livres 2021

Publié le 3 mai 2021
Montage photo des cinq combattants et combattantes et des couvertures de livres qu'ils et elles défendront.
Cinq personnalités défendront cinq romans lors du traditionnel Combat national des livres, du 3 au 7 mai 2021PHOTO : D. R.

C'est aujourd'hui que nous entamons notre rendez-vous annuel du Combat national des livres. Sous le thème de l'information, trois combattants et deux combattantes défendront avec passion les romans qui à leurs yeux (et selon leur cœur) méritent la première place du podium. Dans un tour de table, Brian Gallant, Michèle Audette, Michel Marc Bouchard, Corey Loranger et Tanya Lapointe se présentent et expliquent en quelques mots pourquoi leur livre sortira vainqueur de cet affrontement.

Brian Gallant défend Infini, de Jean Babineau

Couverture du livre Infini dans des tons orangés.

La couverture du livre Infini, de Jean Babineau, défendu par Brian Gallant

Éditions Perce-neige/ Radio-Canada

« Comme je le fais dans n’importe quel débat, je vais me concentrer sur les faits. Je vais les propager avec passion et rigueur. Ça fonctionnait pour moi comme homme politique, comme avocat et même dans ma vie privée. […] Ce roman raconte l’histoire de l’Acadie moderne. Je voulais donner aux gens dans le pays une occasion de mieux connaître notre région et notre histoire. »

—  Brian Gallant

Michèle Audette défend Kukum, Michel Jean

Couverture dessinée montrant une femme et une rivière.

La couverture du livre Kukum, de Michel Jean, défendu par Michèle Audette

Libre Expression / Radio-Canada

« [Durant cette lecture], j’ai eu de petits moments de guérison. Je comprends cette histoire que l’on ne m’a pas apprise à l’école. Je comprends surtout ma nation. Ce roman, c’est l’histoire du Québec, non seulement des Innus, mais de vous et moi, c’est un beau cadeau que l’on se fait à notre société. »

—  Michelle Audette

Michel Marc Bouchard défend Là où je me terre, de Caroline Dawson

Couverture montrant une petite fille dans une rue.

La couverture du livre Là où je me terre, de Caroline Dawson, défendu par Michel Marc Bouchard.

Éditions du remue-ménage / Radio-Canada

« Ce roman est bellement écrit, il s’échelonne sur 40 chapitres qui sont en soi presque des nouvelles ciselées une après l’autre […] qui semblent anecdotiques, mais qui touchent souvent l’universel. »

—  Michel Marc Bouchard

Corey Loranger défend Que serions-nous sans le secours de ce qui n’existe pas?, de Simone Chaput

Couverture dans de tons de bleu où une personne tient un parapluie jaune.

La couverture du livre Que serions-nous sans le secours de ce qui n'existe pas?, de Simone Chaput, défendu par Corey Loranger.

Leméac / Radio-Canada

« Je suis fier, tellement fier de représenter non seulement ce livre et cette autrice magnifiques, ce territoire dans lequel je vis, mais je suis fier aussi de ma francophonie, de mon héritage franco-albertain. […] Je veux souligner le talent littéraire de Simone, qui fait de la poésie en forme de roman. Chaque mot est choisi méticuleusement. Une expérience de lecture hors pair. »

—  Corey Loranger

Tanya Lapointe défend Le totem des Baranda, de Melchior Mbonimpa

Illustration qui montre deux personnes et un sanglier.

La couverture du livre Le totem des Baranda, de Melchior Mponimba, défendu par Tanya Lapointe.

Éditions Prise de parole / Radio-Canada

« Comme journaliste et documentariste, ma force, c’est la recherche et l’entrevue, donc depuis un mois et demi, à raison d’une heure par semaine, je parle à Melchior pour m’imprégner de son univers, pour que je maitrise ce sujet-là. »

—  Tanya Lapointe