•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 15 avr. 2021 : Manal Drissi et Guillaume Gallienne

La montée de lait de Manal Drissi : La loi 101

Manal Drissi et la Charte de la langue française

Publié le 19 avril 2021
Elle sourit au micro.
La chroniqueuse Manal DrissiPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Pour le dire en termes covidiens, étendre la loi 101, c'est comme étendre le couvre-feu de 20 h à 21 h 30. Ça passe un message, certes, mais à part de t'ça, popa? Le problème, c'est-tu vraiment ce qui se passe entre 20 h et 21 h 30, ou bedon... » Manal Drissi réagit à la volonté des jeunes péquistes d'étendre la Charte de la langue française au collégial. Fière défenseure de la langue française, la chroniqueuse n'est toutefois pas d'accord avec cette proposition et elle en explique les raisons.

Extrait du monologue de Manal Drissi :

Huit Québécois sur 10 croient qu’il est nécessaire de protéger le français. On s’entend déjà sur le quoi, mais on se divise toujours sur le comment, pour au final, retomber dans les sillons prévisibles de la mise en cause des anglophones, des allophones et des maudits jeunes.

C’est quoi cette idée-là que bien maîtriser d’autres langues rend les francophones moins francophones? Ça projette la même énergie qu’un gars sur Tinder qui dit dans sa bio que sa blonde ne peut pas avoir d’amis gars. Je suis d'avis que nous devons tous mettre l’épaule à la roue en matière de protection de la langue, mais également que les Jedi du protectionnisme ont besoin de sortir de leur posture poussiéreuse de promotion à demi-mot de l’unilinguisme.