•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.

De l'émotion forte au club BD avec François Lemay et Jean-Paul Eid

Publié le 24 mars 2021
Zviane
ZvianePHOTO : Radio-Canada

Cette semaine, le club BD, composé de François Lemay et de Jean-Paul Eid, propose deux nouveautés à se mettre sous la main. Yoyolalala, de Zviane, aborde l'autisme avec des anecdotes, parfois drôles, souvent touchantes, qui se déroulent dans un camp de jour, et Vers la tempête, de Jean-Sébastien Bérubé, une BD où le protagoniste, de retour d'un voyage initiatique, doit affronter l'autorité toxique du clan familial. Aussi, les chroniqueurs saluent la qualité des ouvrages Oleg, de Frederik Peeters, et Ne m'oublie pas, d'Alix Garin.

À découvrir :

Yoyolalala, Zviane, Pow Pow, 9 mars 2021

Résumé de l'éditeur : Été 2004, Zviane travaille comme monitrice dans un camp pour personnes autistes. Elle vient de terminer une première année d’université assez intense et elle accepte le boulot par paresse. Elle n’est pas prête du tout à vivre ce qui l’attend. Seize ans plus tard, l’autrice raconte cette expérience, qu’elle veut partager depuis si longtemps. Elle le fait sous diverses formes : strips, dessins, photos… Des fois c’est drôle, des fois ça l’est moins.

« Il y a beaucoup de drôlerie autour du comportement des jeunes autistes. Elle touche au sujet du handicap sans malaise. Elle en rit, elle les caricature comme elle le ferait pour n’importe qui, sans discrimination. »

—  Jean-Paul Eid

Vers la tempête, Jean-Sébastien Bérubé, Futuropolis, 2021

Résumé de l'éditeur : C’est le récit d’un tournant de la vie de Jean-Sébastien Bérubé. En 2007, il entame une carrière de dessinateur de bande dessinée tout en continuant à un niveau professionnel un sport de combat : le karaté kyokushin, une pratique radicale et controversée dans laquelle les combats se font à mains nues, où les coups sont portés à pleine puissance et les victoires se font par K.O. Mal dans sa peau, il doit affronter sa famille qui refuse ses choix de vie.

« La vraie vie, c’est plate, sauf quand c’est bien raconté, avec honnêteté, comme c’est le cas ici. »

—  François Lemay

Mention spéciale à :

  • Oleg, Frederik Peeters, Atrabile, 15 février 2021
  • Ne m'oublie pas, Alix Garin, Le Lombard, février 2021