•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Kharoll-Ann Souffrant regarde la caméra avec un léger sourire.
Kharoll-Ann SouffrantPHOTO : Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale
Publié le 19 mars 2021

Dans son « micro ouvert », Kharoll-Ann Souffrant, doctorante en service social à l'Université d'Ottawa et chroniqueuse, propose des changements sociaux au Québec, marqués du sceau de la bienveillance. « Il faut peut-être avoir un optimisme lucide », affirme-t-elle, en précisant que les idées qu'elle propose ne sont pas nouvelles. « Je sens que la société est en train de changer. »

Un extrait de son « micro ouvert », Mon Québec à moi :

Ça n’a pas d’importance que l’on soit né au Québec ou en Haïti. Ça n’a pas d’importance que l’on soit blanc, jaune, bleu ou noir. À mes yeux, ce qui existe, ce sont des catégories structurelles. Des tendances générales et historiques.
Des agglomérats
Mais au final, tout le monde a une histoire jamais racontée à quiconque.
Quelqu’un qui a mal, c’est quelqu’un qui a mal.
Point barre.

Je rêve d’un Québec qui lève le voile sur ses voiles invisibles. À la course aux oppressions, personne ne gagne.
Ce n’est pas ça l’intersectionnalité.
La course aux oppressions.
C’est l’intersectionnalité blanchisée.

[…]