•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 17 mars 2021 : Ivan Jablonka et Bernard Pivot

Le journal des idées avec Brigitte Haentjens

Le journal des idées : le cri du cœur de Brigitte Haentjens

Publié le 18 mars 2021
L'auteure et metteur en scène Brigitte Haentjens
L'auteure et metteur en scène Brigitte HaentjensPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Dans les conditions actuelles peut-on encore parler de travail artistique, d'art vivant quand ses fondements, son essence sont à ce point ébranlés, altérés, défigurés? », se demande Brigitte Haentjens, qui se dit affligée par le traitement que l'on réserve à l'art vivant. La directrice artistique de la compagnie théâtrale Sibyllines et du Théâtre français du Centre national des Arts dresse un portrait de la situation sombre, teinté d'empathie pour son milieu en détresse.

Un extrait du monologue de Brigitte Haentjens :

Voilà bientôt un an que nous sommes en pandémie, coupés des arts vivants. Nous sommes isolés, privés du sang qui nous innerve, de cette rencontre vibrante avec le public, mais aussi avec la collectivité des artistes à laquelle nous appartenons.

Depuis un an, le silence de mon milieu me surprend et m’accable. Je nous sens aliénés, ligotés par la PCU, les subventions spéciales aux compagnies qui nous maintiennent en respiration artificielle.

[...]

Depuis un an, nous avons fait « comme si », réinventant le principe même du jeu. Nous jouons à faire semblant qu’on va jouer, un jour, peut-être. Nous échafaudons des projets qui tombent à l’eau, des tournées qui s’annulent les unes après les autres, nous déplaçons de mois en mois les dates de première, repoussées jusqu’aux calendes grecques. Nous continuons à répéter masqués, lunettés, à distance, parfois dirigés par Zoom, des œuvres qui ne seront probablement jamais montrées...

On peut lire son texte dans son entièreté sur le site de Liberté (Nouvelle fenêtre).