•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le club de lecture avec Daniel Turcotte Rafaële Germain, Mario Girard

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 25 janv. 2021 : Arsène Lupin et Laure Adler

Le club de lecture avec Daniel Turcotte Rafaële Germain, Mario Girard

Club de lecture : Laure Adler et les vieilles invisibles

Laure Adler sourit à la caméra.
Laure AdlerPHOTO : Getty Images / Pascal Le Segretain
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 25 janvier 2021

Laure Adler nous convie dans un pays qui peut sembler lointain, celui de la vieillesse. Dans une forme qui se situe entre l'essai et le carnet de voyage, l'écrivaine et historienne française réfléchit à nos vieux jours dans La voyageuse de nuit. Indignée du sort que l'on réserve aux personnes âgées, elle souhaite que l'on repense les sociétés en donnant une place plus prépondérante aux aînés afin qu'ils soient moins vus comme une marchandise périmée. Daniel Turcotte, Rafaële Germain et Mario Girard ont apprécié cette lecture « nécessaire ».

« Sa colère ressort comme une réflexion apaisée, vibrante d’indignation, mais extrêmement réfléchie. […] C’est un carnet de voyage pertinent, une lecture qui devrait être obligatoire dans nos écoles et pour nos gestionnaires. »

—  Rafaëlle Germain

La voyageuse de nuit, Laure Adler, Grasset, 16 septembre (en France) et 23 novembre 2020 (au Québec)

Résumé de l'éditeur : C'est un carnet de voyage au pays que nous irons tous habiter un jour. C'est un récit composé de choses vues sur la place des villages, dans la rue ou dans les cafés. C'est une enquête tissée de rencontres avec des gens célèbres, mais aussi des inconnus. C'est surtout une drôle d'expérience vécue pendant quatre ans de recherche et d'écriture, dans cette contrée qu'on ne sait comment nommer : la vieillesse? Les mots se dérobent. Aurait-on honte, dans notre société, de prendre de l'âge?