•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 23 nov. 2020 : Luca Guadagnino et Franck Bouysse  

Le club de lecture avec Sophie Lorain, Geneviève Guérard et Émilie Dubreuil

Buveurs de vent, de Franck Bouysse : entre obéissance et insoumission

Publié le 23 novembre 2020
La photo d'un pont.
Le roman « Buveurs de vent », de Franck Bouysse PHOTO : Albin Michel

Cette semaine, le club de lecture composé de Geneviève Guérard, Émilie Dubreuil et Sophie Lorain s'est réjoui du dernier roman de Franck Bouysse, Buveurs de vent. L'auteur français, qui remportait l'an dernier le Prix des libraires et le Prix des lectrices du magazine Elle pour son roman Né d'aucune femme, revient en force avec une fable philosophique sur les rouages des pouvoirs tyranniques et la tentation d'y succomber.

« Dans un monde en manque de poésie, [heureusement] qu’il y a ces gens qui savent écrire, qui savent jouer avec les métaphores, qui savent nous faire voyager entre le clair et l’obscur en utilisant seulement de l’encre sur du papier. Le médium de l’écriture est tellement savoureux ici, avec une histoire qui nous brasse, qui nous place face à la soumission, à la dictature, au destin bouché, à l’ignorance… »

—  Geneviève Guérard

À lire : Buveurs de vent, Franck Bouysse, Albin Michel, 24 août 2020

Résumé de l'éditeur : Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien.

Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette.

Matthieu, qui entend penser les arbres.

Puis Mabel, à la beauté sauvage.

Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs.

Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…