•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 6 avr. 2020 :  My Brilliant Friend et le club de lecture

Club de lecture : Ludmila Proujanskaïa, Geneviève Guérard et Biz

Club de lecture : trois ouvrages pour aborder le confinement

Publié le 6 avril 2020
Trois couvertures de livres.
Les trois livres du club de lecturePHOTO : Flammarion/La peuplade/Gallimard

Cette semaine au club de lecture, trois romans qui touchent de près ou de loin à l'idée du confinement sont passés dans les mains de Biz, de Ludmila Proujanskaia et de Geneviève Guérard. Les employés, d'Olga Ravn, La fille de l'Espagnole, de Karina Sainz Borgo, et Le secret Hemingway, de Brigitte Kernel, ont tous les trois été vivement appréciés par leur lecteur.

Les employés, Olga Ravn, La Peuplade, février 2020
Résumé de l'éditeur : Dans un futur indistinct, à des millions de kilomètres de la Terre, des employés travaillent sur le six millième vaisseau d’une puissante compagnie aux allures totalitaires. Il y a les humains et il y a les ressemblants. Ceux qui ont été enfantés et ceux qui ont été créés. Ceux qui vont mourir et ceux qui ne mourront pas...


La fille de l’Espagnole, Karina Sainz Borgo, Gallimard, février 2020
Résumé de l'éditeur : Adelaida Falcón vient d’enterrer sa mère lorsque de violentes manifestations éclatent à Caracas. L’immeuble où elle habite se retrouve au cœur des combats entre jeunes opposants et forces du gouvernement. Expulsée de son logement puis dépouillée de ses affaires au nom de la Révolution, Adelaida parvient à se réfugier chez une voisine, une jeune femme de son âge surnommée « la fille de l’Espagnole »...


Le secret Hemingway, Brigitte Kernel, Flammarion, février 2020
Résumé de l'éditeur : « Ils ont dit que j’avais tué ma mère. Puis ils ont dit que j’avais tué mon père. Enfin, ils ont dit que chez nous, les Hemingway, de génération en génération, tout le monde se tuait. »