•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 3 avr. 2020 : Erika Soucy, Zen Bamboo et Guillaume Lambert

Le micro ouvert de Marie-Ève Milot : Sur l'importance de se tenir les mains

Un magnifique hommage à l’amitié signé Marie-Ève Milot

Publié le 3 avril 2020
La brune comédienne aux lunettes sourit à l'animatrice.
La comédienne Marie-Ève MilotPHOTO : Radio-Canada / Christian Côté

Dans son « Micro ouvert », la comédienne, autrice et metteuse en scène Marie-Ève Milot rend un magnifique hommage à son éternelle complice, Marie-Claude St-Laurent. Ensemble, elles ont écrit plusieurs pièces de théâtre.

« C’est si rassurant, les mains, […] alors qu’en ce moment, les mains, c’est ce qui est le plus dangereux et risqué pour autrui, pour ceux qu’on aime. C’est quand même déstabilisant », affirme Marie-Ève Milot, qui réserve une pensée à tous les gens qui perdent des personnes qui leur sont chères.

« Je réalise à quel point prendre les mains est un geste puissant, important. »

—  Marie-Ève Milot

Extrait de son « Micro ouvert » Sur l’importance de se tenir les mains :

« Je suis là, accueille le chaos. La vie est surprenante. »

Ce sont les paroles que tu m’as souvent répétées, en me tenant fort les mains, quand tout se dérobait sous mes pieds. Si, comme le disent certaines études, le fait de se tenir les mains peut synchroniser les cerveaux et calmer les souffrances, écrire du théâtre à quatre mains avec toi depuis aussi longtemps a assurément intensifié ce pouvoir. Devant mon ordinateur, plongée dans l’incertitude des jours à venir, mais certaine que dans un avenir proche nous aurons grand besoin de nous faire raconter des histoires, au lieu d’écrire, je répertorie toutes les fois où tu m’as tenu les mains. Sans mettre de gants. Toi, Marie-Claude, ma grande amie.

[…]