•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'essai historique Le pouvoir au féminin : Entrevue avec Élisabeth Badinter

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du mercredi 14 décembre 2016

L'essai historique Le pouvoir au féminin : Entrevue avec Élisabeth Badinter

L’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, à l'avant-garde du féminisme

La couverture du livre de la philosophe et féministe française Elisabeth Badinter, que l'on voit ici en juin 2015 à Tomblaine, en France.
La couverture du livre de la philosophe et féministe française Elisabeth Badinter, que l'on voit ici en juin 2015 à Tomblaine, en France.PHOTO : Getty Images / Flammarion / Jean-Christophe Verhaegen (AFP)
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit!Publié le 14 décembre 2016

« Cette femme a vécu une situation absolument inédite, sans précédent. [...] Elle a connu la situation que nous connaissons aujourd'hui au 21e siècle, à savoir le fait de vivre simultanément trois statuts de la vie féminine. » Dans Le pouvoir au féminin - Marie-Thérèse d'Autriche 1717-1780 : L'impératrice-reine, la philosophe et féministe Élisabeth Badinter décrypte la vie de la souveraine autrichienne, qui a su, dès le 18e siècle, concilier pouvoir, famille et mariage.

« Les femmes, aujourd’hui, connaissent cette situation triangulaire absolument propre aux femmes, où à la fois, elles ont une ambition personnelle, des ambitions professionnelles et le compagnon et les enfants. Simplement, Marie-Thérèse d’Autriche, c’est multiplié par 1000 », note Élisabeth Badinter.

Sept ans de recherches ont été nécessaires à la philosophe française pour livrer son plus récent ouvrage. Élisabeth Badinter a notamment épluché quelque 25 000 lettres et correspondances entourant l’impératrice autrichienne, qui demeure peu connue du grand public, si ce n’est que pour avoir été la mère de Marie-Antoinette.

Une femme prisonnière de son corps

À travers ses recherches, Élisabeth Badinter s’est par ailleurs aperçue que Marie-Thérèse d’Autriche a souvent été, comme bien des femmes encore de nos jours, ramenée à l’image de son propre corps.

« Ça m’a beaucoup frappé de voir à quel point dans l’histoire, et j’ai envie de dire encore aujourd’hui, le corps de la femme appelle de multiples observations. [...] C’est frappant de voir que ça survit encore aujourd’hui, où on décrit l’apparence des femmes alors qu’on se fiche bien de l’apparence des hommes. »

Référence :

Le pouvoir au féminin - Marie-Thérèse d'Autriche 1717-1780 : L'impératrice-reine (Nouvelle fenêtre), d'Élisabeth Badinter, Flammarion, 2016