•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Audio fil du lundi 29 avril 2019

Club de lecture : Sophie Lorain, Mario Girard et Luis Clavis

Club de lecture : nationalisme basque, Stendhal et rivalité entre voisines

Publié le 29 avril 2019
Trois couvertures de livre.
Les livres du club de lecturePHOTO : Sabine Wespieser/Zoe/Quidam

Sont discutés et vivement appréciés au club de lecture Rendez-vous à Parme, un roman nostalgique sur la beauté des livres et du théâtre, de Michèle Lesbre, Oyana, un roman politique sur le peuple basque, d'Éric Plamondon, et La voisine, le récit touchant et humoristique de deux voisines qui se détestent, de Yewande Omotoso.

Rendez-vous à Parme (Nouvelle fenêtre), Michèle Lesbre, Sabine Wespieser, 14 mars 2019
Résumé de l'éditeur : Dans les cartons de livres que lui a légués Léo, un vieil ami avec qui elle partageait la passion du théâtre, la narratrice découvre un exemplaire de La Chartreuse de Parme. Les premières pages la ramènent à l’été de ses 14 ans, quand un homme de l’âge de son père lui lisait le roman à haute voix sur une plage. À la fin de la saison, il lui avait murmuré : « Quand vous serez plus grande, vous irez à Parme, il faut lire ce roman de Stendhal à Parme. »

« C’est un roman dans lequel on peut se perdre, non pas d’ennui, mais se perdre dans le voyage et dans la luminosité des lieux. »

—  Sophie Lorain

Oyana (Nouvelle fenêtre), Éric Plamondon, Quidam, 25 mars 2019
Résumé de l'éditeur : Elle a fait de son existence une digue pour retenir le passé. Jusqu’à la rupture. Elle est née au Pays basque et a vieilli à Montréal. Un soir de mai 2018, le hasard la ramène brutalement en arrière. Sans savoir encore jusqu’où les mots la mèneront, elle écrit à l’homme de sa vie pour tenter de s’expliquer et qu’il puisse comprendre. Il y a des choix qui changent des vies. Certains, plus définitivement que d’autres. Elle n’a que deux certitudes : elle s’appelle Oyana et l’ETA n’existe plus.

« Ce roman apporte un regard extrêmement intéressant sur le nationalisme. »

—  Luis Clavis

La voisine (Nouvelle fenêtre), Yewande Omotos (traduit de l'anglais par Christine Raguet), Zoe, 18 mars 2019
Résumé de l'éditeur : Octogénaires au caractère bien trempé, Hortensia et Marion passent leurs vieux jours dans une banlieue chic du Cap. Marion a su gérer de front brillante carrière d’architecte et famille nombreuse, et Hortensia, seule propriétaire noire du quartier, est devenue une légende du design vénérée jusqu’au Danemark. Voisines sur Katterijn Avenue, elles se vouent une haine si farouche qu’elle en devient comique. Mais lorsque les dettes, les frasques d’un défunt mari ou les problèmes de santé les rattrapent, les deux ennemies doivent remonter à l’origine de leur rivalité pour faire face.

« Bien écrit, très beau. [...] J’aurais souhaité une autre fin, mais c’est une belle découverte. »

—  Mario Girard