•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Plus on est de fous, plus on lit, ICI Première.
Rattrapage du 8 avr. 2021 : Précarité et art théâtral

Discussion sur la pauvreté avec Erika Soucy et Bryan Perro

Les écrivaines et les écrivains sont-ils voués à la pauvreté?

Publié le 8 avril 2021
Des pièces de monnaie sortent d'un cochon tirelire cassé.
Une tirelire casséePHOTO : iStock

Un sondage de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) a établi qu'en 2017, le revenu moyen de ses membres se situait à 9169 $, et que le revenu médian était de moins de 3000 $, un chiffre comparable à ce qu'il était en 1991. C'est une situation que déplorent Erika Soucy et Bryan Perro qui ont rencontré différentes embûches avant de connaître une stabilité financière. On discute du fardeau qui pèse sur le milieu littéraire avec les deux artistes.

Un livre récent à lire portant sur la précarité :

Le collectif Pauvreté est paru sous la direction de Stéphanie Roussel aux éditions Triptyque le 19 février 2021