•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Alice Villeneuve, candidate dans Chicoutimi pour le Parti québécois

Place publique, ICI Première
Rattrapage du jeudi 29 septembre 2022

Alice Villeneuve, candidate dans Chicoutimi pour le Parti québécois

Chicoutimi : la candidate péquiste prône l'indépendance comme solution

La candidate péquiste dans la circonscription de Chicoutimi, Alice Villeneuve, accorde une entrevue à une équipe de Radio-Canada.
Alice Villeneuve est la candidate péquiste dans la circonscription de Chicoutimi. PHOTO : Radio-Canada
Place publique, ICI Première
Place publiquePublié le 30 septembre 2022

La candidate du Parti québécois (PQ) dans Chicoutimi, Alice Villeneuve, a fait le choix de faire le saut en politique provinciale parce qu'elle calcule que la représentation des jeunes est trop faible, mais aussi pour faire la promotion de l'indépendance du Québec.

Je pense que ce qui m’a incitée le plus, c’est de voir qu’il manquait un peu de jeunes en politique. Je voyais de plus en plus qu’on incite les jeunes à voter, on les incite à se déplacer pour aller voter, mais ils n’ont pas beaucoup de représentation, a raconté l’étudiante en droit à l’Université Laval, mais originaire de Chicoutimi.

Alice Villeneuve estime qu’il est important d’avoir des députés dans la région en faveur de l’indépendance.

Une autre de mes priorités c’était de défendre l’indépendance. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la souveraineté, ça a toujours été très fort et je crois que c’est très important d’avoir des gens qui y croient et moi je suis une fervente souverainiste, a poursuivi la candidate en entrevue lors de l’émission Place publique jeudi.

D’ailleurs, si jamais aucun représentant du Parti québécois n’est élu lundi prochain, il s’agirait de la première fois depuis l’élection de 1973 que la formation serait blanchie dans la région. Marc-André Bédard avait alors été élu dans Chicoutimi pour la première fois.

Pour ce qui est des besoins de la circonscription de Chicoutimi, la candidate péquiste a ciblé la difficulté de dénicher un toit.

La priorité numéro un, c’est de contrer la crise du logement. On a pu voir dans les quatre dernières années qu’il y a eu une diminution dans le taux d’inoccupation qui est passé de 2,8 à 1,7 %. On a pu voir aussi qu’en ce moment les gens ont de la difficulté à se loger, ce qui est un peu la base, a-t-elle poursuivi.

Elle propose d’ailleurs de construire plus de logements, notamment pour les étudiants. Une façon d’y parvenir serait de donner le droit de préemption aux municipalités sur les terrains et édifices, ce qui veut dire qu’elles bénéficieraient d’une priorité d’acquisition.

Finalement, elle a avancé qu’il serait plus facile dans un Québec indépendant d’attirer et conserver les étudiants étrangers en région.

Tout d’abord, ça prend une bonne intégration et c’est de les accepter. Il y a eu 70 % des étudiants francophones qui ont été refusés par le fédéral. Donc déjà là, on ne peut pas les convaincre de rester s’ils ne sont même pas acceptés dès le début. Avec l’indépendance, je pense que c’est primordial pour pouvoir par la suite avoir une meilleure intégration des étudiants, a-t-elle soutenu.