•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Éric Girard, candidat dans Chicoutimi pour le Parti conservateur du Québec

Place publique, ICI Première
Rattrapage du mardi 27 septembre 2022

Éric Girard, candidat dans Chicoutimi pour le Parti conservateur du Québec

Chicoutimi : le conservateur Éric Girard mise sur le gaz naturel pour réduire les GES

Un homme pose devant un mur avec un logo de Radio-Canada.
Éric Girard est le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Chicoutimi.PHOTO : Radio-Canada / Samuel Desbiens
Place publique, ICI Première
Place publiquePublié le 28 septembre 2022

Le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Chicoutimi, Éric Girard, croit qu'une plus grande utilisation du gaz naturel, comme le permettrait le projet de GNL Québec, serait une façon de combattre les changements climatiques.

Ma vision par rapport à ces changements climatiques là, il faut comprendre que c’est un enjeu global, ça prend des solutions globales. Puis moi je mise sur l’innovation de la technologie pour répondre à ces changements climatiques là puis le gaz naturel, ça en fait partie. Avec le gaz naturel, on peut remplacer des usines au charbon ailleurs dans le monde, entre autres en Europe. Moi c’est comme ça que je pense qu’on peut réduire plus rapidement les émissions de gaz à effet de serre sur la planète, a-t-il répondu lors de l’émission Place publique, mardi.

L’étudiant en sciences économiques à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) s’est beaucoup impliqué pour militer en faveur du projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel planifié à Saguenay, mais rejeté par Québec et Ottawa. Les deux paliers de gouvernement avaient jugé que le projet entraînerait plutôt une hausse des GES. C'est aussi ce que concluait le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) dans son rapport final.

Quand on s’engage en politique, il y a toutes sortes de raisons. Oui GNL Québec c’est quelque chose qui m’a touché en son refus dans la région. Je m’engage en politique parce que ça prend des gens qui ont le courage de remettre le modèle québécois en question, puis c’est ce que je veux représenter, a-t-il dit à propos de ses motivations de faire le saut avec le PCQ.

À ce sujet, il a notamment abordé le sujet des places en garderie. Alors que les autres formations promettent des centaines de places dans la région, Éric Girard rappelle que la façon de faire de son parti serait d’encourager les promoteurs à répondre à une plus grande demande qui serait favorisée par des chèques remis directement aux parents.

Les choses qui me tiennent à coeur dans ma circonscription de Chicoutimi c’est de mettre un peu plus l’emphase sur les organismes communautaires, de redescendre les ressources gouvernementales financières vers ces organismes-là. Ce sont eux qui sont sur le terrain, qui sont en lien directement avec la population. [...] Ensuite de ça, évidemment, il y a l’inflation et le pouvoir d’achat puis encore une fois, GNL Québec, mais pas seulement GNL Québec, c’est l’exploitation de nos ressources naturelles, a-t-il énuméré à titre de priorités.

Il a également mentionné que l’offre du transport en commun gratuit que propose son chef Éric Duhaime à Québec pourrait être étendue à Saguenay. Une telle initiative permettrait selon lui de vraiment voir l’ampleur de l’intérêt pour les transports en commun.

Finalement, il a refusé de s’engager à financer des projets d’infrastructures sportives, comme un nouvel aréna ou une nouvelle piscine publique. Non, pas dans l’état actuel des choses, a-t-il conclu.