•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Kevin Gilmore admet avoir vécu des moments difficiles au CF Montréal

Place publique, ICI Première
Rattrapage du lundi 10 janvier 2022

Kevin Gilmore admet avoir vécu des moments difficiles au CF Montréal

Kevin Gilmore regarde vers l’avenir après des moments difficiles avec le CF Montréal

Kevin Gilmore, en bordure du terrain, observe un match.
L'annonce du départ de Kevin Gilmore de l'organisation du CF Montréal a été faite le 2 novembre 2021.PHOTO : Radio-Canada
Place publique, ICI Première
Place publiquePublié le 10 janvier 2022

Une dizaine de jours après avoir brisé le silence dans une publication sur les réseaux sociaux à propos de son départ du CF Montréal, l'ancien président et chef de la direction de l'organisation, Kevin Gilmore, admet avoir vécu des moments difficiles au cours de son passage de près de trois ans avec l'équipe. Un séjour qui a notamment été teinté par le changement d'identité de l'organisation que n'a pas digéré de nombreux partisans.

Il y a eu certains moments où c’était plus difficile. Par exemple, lorsque l’on se promène au stade avec nos enfants et qu’on se fait crier des bêtises. Ça, c’est difficile, avoue Kevin Gilmore dans le cadre d’une rare entrevue accordée aux médias depuis l’annonce de son départ du CF Montréal.

Le 2 novembre 2021, alors que l’équipe est en pleine course aux séries avec deux rencontres cruciales à disputer en saison régulière, le CF Montréal annonce que l’organisation et Kevin Gilmore se séparent à la suite d’une décision mutuelle, spécifie le club dans un communiqué.

À l’époque, le CF Montréal était de retour au Québec après avoir été contraint de s’exiler aux États-Unis pour plusieurs mois lors des saisons 2020 et 2021. Le contexte pandémique, qui a compliqué la supervision des activités de l’équipe, ainsi que les moments pénibles pour sa famille et lui, entre autres, l’ont progressivement amené à réfléchir à son avenir.

Parfois, on doit prendre un peu de recul et se dire : “qu’est-ce qui est mieux pour moi et pour ma famille?”. Quand on prend une décision pour soi-même ou pour la famille, c’est toujours une bonne décision. C’est presque un feeling qu’on a lorsque c’est le temps d’aller à la prochaine étape, à la prochaine aventure, indique Kevin Gilmore dans le cadre d’une entrevue accordée à l’émission de radio Place publique animée par Catherine Doucet.

Une décision « prématurée » selon lui compte tenu des deux matchs importants qu’il restait à disputer - en plus de la finale du championnat canadien -, mais il était prêt à passer à autre chose.

On était rendus à un point où c’était important pour moi [de céder ma place] et le groupe de propriétaires était confortable avec le fait que je quitte. [...] Certains membres des médias ont su qu’on avait des discussions par rapport à ça et s’apprêtaient à sortir la nouvelle. Pour éviter les distractions, on a décidé de faire ça le 2 novembre, poursuit l’homme natif d’Arvida qui garde tout de même de bons souvenirs de son parcours avec le CF Montréal.

Changement d’identité : « une décision organisationnelle »

Embauché à titre de président et chef de la direction en janvier 2019 par Joey Saputo, Kevin Gilmore avait entre autres pour mandat d’aider l’organisation à prendre sa place dans un marché dominé par le Canadien de Montréal, mais aussi de faire rayonner l’Impact de Montréal à l’international. Cette volonté s’est notamment traduite par des changements substantiels à l’identité de l’équipe montréalaise, il y a environ un an, presque jour pour jour.

Je me suis fait attaquer personnellement, mais ce n’était pas une décision personnelle [de changer l’identité du club], c’était une décision organisationnelle. Je me trouvais à être la personne en charge au moment où la décision a été prise. Dans le sport, on doit souvent prendre des décisions difficiles, mais on ne regarde pas vers l’arrière, on regarde vers le devant, et on procède avec les plans, confie Kevin Gilmore.

Celui qui a retrouvé en ce début d’année 2022 un rôle de consultant au sein de 4Sport Consulting, une firme qu’il a lui-même créée il y a plusieurs années, ne cache pas que les avis des partisans divergent sur la décision du club d’avoir opéré une refonte en profondeur de son identité. Les partisans étaient-ils prêts pour ce changement?

C’est à déterminer. Si vous passez du temps dans les médias sociaux, vous allez voir qu’il y en a qui sont très vocal et qui sont peu nombreux. Il y en a qui sont moins vocal et qui sont plus nombreux. À la fin de la journée, tout le monde va avoir son opinion, soutient-il.

Kevin Gilmore croit cependant que les histoires à succès dans le monde du sport passent parfois par des périodes de turbulences.

Je dis souvent que le succès dans le sport, ça dépend du comportement de gens complètement irrationnels. [...] Les gens ne décident pas de dépenser les montants qu’ils dépensent parce que c’est une décision rationnelle. C’est une décision purement émotionnelle. Quand les gens sont fâchés contre un club, c’est une bonne chose, car ça démontre qu’ils ont une passion pour le club. C’est ce qui est important dans le sport. C’est quand on a des partisans qui n’ont plus de passion, qui sont déconnectés, qu’on a des problèmes, mentionne Kevin Gilmore.

Un tremplin vers l’Europe

L’ancien président et chef de la direction du CF Montréal se dit tout de même très excité par le virage qu’a pris l’équipe sur le terrain depuis l’arrivée du directeur sportif de l’équipe, Olivier Renard.

Kevin Gilmore, qui a l’intention de continuer de suivre les activités de l’équipe dans le futur, estime que l’organisation peut représenter un bon tremplin pour les jeunes joueurs qui rêvent à une carrière en Europe.

J’ai hâte de voir le succès que le club va avoir sur le terrain et la façon dont les Montréalais et les Québécois vont embrasser les jeunes joueurs qui deviennent des étoiles et qui vont éventuellement quitter pour aller jouer dans les grands clubs [en Europe], affirme-t-il.