•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Analyse de l’annonce avec l'économiste Marc-Urbailn Proulx

Place publique, ICI Première
Rattrapage du mercredi 17 novembre 2021

Analyse de l’annonce avec l'économiste Marc-Urbailn Proulx

Marc-Urbain Proulx sur l'annonce de Rio Tinto : « On fait rire de nous »

Marc-Urbain Proulx
Marc-Urbain Proulx, directeur du centre de recherche en développement territorial.PHOTO : La Presse canadienne
Place publique, ICI Première
Place publiquePublié le 18 novembre 2021

Loin d'être satisfait de l'annonce mercredi de la construction de 16 cuves additionnelles AP60 au Complexe Jonquière, l'économiste Marc-Urbain Proulx estime que la région fait littéralement rire d'elle si l'on tient compte de sa contribution à Rio Tinto.

Le professeur au Département des sciences économiques et administratives de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) estime que les retombées en retour de l'utilisation du bassin hydrographique du lac Saint-Jean pour produire de l’électricité sont de moins en moins au rendez-vous.

C’est très très minimum, ce que nous avons eu aujourd’hui. En réalité, c’est plus que minimum, c’est presque rire de nous. C’est l’expression que j’utilise et j’ai ma liberté. Je le dis, on fait rire de nous actuellement, en considérant la contribution régionale en termes d’hydroélectricité et d’expertise de notre main-d’oeuvre et de nos chercheurs. Je pense que, voilà, c’est simple, on fait rire de nous, a-t-il lancé lors de l'émission Place publique.

L’économiste a calculé que l’annonce de mercredi ne représente qu’une petite partie de ce qui était prévu en fait de cuves de production d’aluminium AP60, qui sont appelées à venir remplacer les cuves précuites dont les autorisations environnementales ont été prolongées jusqu’en 2025.

On reste beaucoup sur notre faim. C’est un projet qui est dans les cartons depuis longtemps, mais c’est un projet de 272 cuves. C’est ça, le projet initial. Nous avons 38 cuves, que nous avons obtenues en 2012, et là on nous annonce 16 cuves de plus. Ça nous met à 54 cuves sur 272. Ça fait à peu près 20 % du projet. [...] On ne sabrera pas le champagne avec ça, a-t-il dit.

Marc-Urbain Proulx a poursuivi avec quelques bons mots sur la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium 2021-2024, dévoilée mardi par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon. Il voyait d’un bon oeil les 475 millions $ qui y sont attachés. Par contre, il déplore qu’elle se traduise par des développements technologiques qui auraient comme résultat de réduire le nombre d’emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ici, l’emploi, dans la région, nous avions 13 000 emplois dans le domaine de l’aluminium et puis là, maintenant, c’est autour de 3200-3400 emplois. Ce n’est plus beaucoup, on a perdu 75 % de l’emploi et avec Elysis qui s’en vient, on va perdre encore un autre tiers de ce qui nous reste. Et là, avec l’application de la Stratégie que le gouvernement vient de sortir, qui est pour intensifier l’utilisation des technologies, ce qu’on appelle le 4.0, on va perdre un autre tiers de l’emploi. [...] Bientôt, il n’y aura plus énormément d’emplois. La production d’aluminium primaire va se faire par de la technologie, puis des robots, ce qui est très bien pour la compagnie, car ça lui permet d’être efficace et d’être rentable. Mais pour nous dans la région, qui offrons notre bassin hydroélectrique à la compagnie, bien on ne tire plus notre épingle du jeu en termes d’emplois et de familles qui peuvent vivre autour de cette industrie-là, a-t-il poursuivi.

Finalement, il aimerait que des voix plus fortes se fassent entendre dans la région pour demander que les retombées continuent à être majeures à l'avenir. Notre logique économique, on doit l’affirmer et on doit illustrer qu’on veut des projets pour que Londres comprenne que s’ils veulent continuer d’utiliser notre bassin hydroélectrique, bien il va falloir des projets plus structurants que 16 cuves AP60. Là, ça ne va pas du tout. C’est curieux d’ailleurs que la région ne réagisse pas plus que ça. Je ne vois vraiment pas l’avenir de la région avec des projets si peu importants, a-t-il affirmé.