•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les médecins omnipraticiens accusent Québec de causer le « chaos »

Place publique, ICI Première
Rattrapage du mercredi 27 octobre 2021

Les médecins omnipraticiens accusent Québec de causer le « chaos »

Les médecins omnipraticiens de la région en colère contre le gouvernement Legault

Un médecin devant un placard
Le président de l'Association des médecins omnipraticiens du Saguenay-Lac-Saint-Jean (AMOSL), Olivier GagnonPHOTO : Radio-Canada
Place publique, ICI Première
Place publiquePublié le 27 octobre 2021

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Olivier Gagnon, ne comprend pas l'acharnement du gouvernement Legault qui menace de pénaliser les médecins de famille qui ne prennent pas un nombre suffisant de patients.

Le docteur Gagnon trouve arbitraire le chiffre minimum de 500 patients par médecin avancé par le gouvernement alors que plus du quart des médecins ont plus de 60 ans et que les jeunes qui commencent doivent consacrer 40 % de leur temps en milieu hospitalier.

On a parlé des gens qui sont près de la retraite, on a parlé des jeunes, on a parlé des gens avec des pratiques particulières qui sont à temps plein, je peux vous le dire j'en côtoie tous les jours qui ont des pratiques extrêmement lourdes avec des clientèles particulières en toxicomanie, avec des gens en perte d'autonomie sévère à domicile, des gens en soins palliatifs à domicile. Ces gens-là, évidemment, quand on a eu 150-200 patients, ce qui est déjà énorme, les médecins de famille sont vraiment déçus, je pense que c'est le mot qu'il faut dire, c'est la déception, l'incompréhension. Les gens se demandent ce qui se passe, quelle est cette stratégie, a-t-il énuméré.

Olivier Gagnon ajoute que l'effort des médecins a permis à la région d'avoir un des meilleurs taux de médecin de famille par habitant alors que neuf personnes sur dix ont accès à un médecin de famille.

Avec des informations de Michel Gaudreau