•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une entrepreneure retourne sur le plancher en raison du manque de main-d’oeuvre

Place publique, ICI Première
Rattrapage du lundi 20 septembre 2021

Une entrepreneure retourne sur le plancher en raison du manque de main-d’oeuvre

La pénurie de main-d’oeuvre frappe de plein fouet la boutique La Fabrik

La façade de la boutique La Fabrik.
La boutique La Fabrik est située sur la rue Racine à Chicoutimi.PHOTO : Radio-Canada / Rosalie Dumais-Beaulieu
Place publique, ICI Première
Place publiquePublié le 21 septembre 2021

Après avoir doublé la superficie de son commerce de la rue Racine à Chicoutimi, la copropriétaire de la boutique La Fabrik, Valérie Arseneault, peine à trouver du personnel au point où elle doit retourner sur le plancher pour répondre à la clientèle.

À compter de la semaine prochaine, il ne restera que six employés à temps partiel, alors qu’il en faudrait une douzaine pour remplir tous les quarts de travail.

« On ne reçoit pas de CV et quand on en reçoit et qu’on prévoit des entrevues, les gens ne se présentent pas aux entrevues. Je n’ai jamais vu ça! Je ne comprends pas ce qui se passe en ce moment. »

—  Valérie Arseneault

Ça fait en sorte que le service en prend un coup, a déploré Valérie Arseneault en entrevue à l’émission Place publique. Si vous venez en magasin et que vous n’êtes pas bien conseillés, peu importe tous les efforts qu’on fait, ça fait que peut-être vous allez en parler, donc ça nuit à la réputation.

Des employés de bureau doivent également prêter main-forte pour conseiller les clients en magasin. Ils se retrouvent avec une double tâche.

La copropriétaire de la boutique La Fabrik affirme que la situation freine le développement de son commerce. On ne travaille plus sur les projets, on ne pense plus à la croissance, on est juste dans le quotidien, a-t-elle raconté.

Valérie Arseneault explique que plusieurs employés qui avaient interrompu leurs études sont retournés à l’école. D’autres se sont dirigés dans le domaine de la restauration, où les travailleurs peuvent bonifier leur salaire avec des pourboires.

La copropriétaire de la boutique La Fabrik pense se tourner vers les jeunes retraités pour recruter de nouveaux employés.