•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Place publique, ICI Première
Place publique, ICI Première
Rattrapage du lundi 3 mai 2021

Réaction au rapport de la Commission Laurent sur la protection de la jeunesse

Commission Laurent : une commissaire de la région réitère l’importance de la prévention

Publié le 4 mai 2021
Danielle Tremblay en entrevue
Danielle Tremblay, ex-directrice de la protection de la jeunesse au Saguenay-Lac-Saint-JeanPHOTO : Radio-Canada

L'ex-directrice de la protection de la jeunesse (DPJ) au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Danielle Tremblay, a passé les deux dernières années au cœur des travaux de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse à titre de commissaire.

Avec la présidente Régine Laurent, elle a entendu des centaines de témoignages avant que la Commission en arrive au rapport dévoilé lundi. Il contient 60 recommandations, dont l’adoption d’une Charte des droits des enfants, la nomination d’un commissaire responsable du bien-être des petits et un réinvestissement massif dans la prévention.

D’ailleurs, la prévention lui apparaît comme un élément crucial pour améliorer le système.

Il faut intervenir le plus rapidement possible, dès la grossesse et tout au long de la trajectoire de développement d’un enfant, pour éviter les situations graves pour lesquelles ils peuvent se retrouver en besoin de protection, a-t-elle expliqué en entrevue à l’émission Place publique.

« Il faut briser les silos pour faire équipe et bien soutenir les parents dans leur rôle parental et assurer aux enfants de bonnes conditions de développement. »

—  Danielle Tremblay, commissaire de la Commission Laurent

Elle affirme que la Direction de la protection de la jeunesse constitue les soins intensifs des enfants en difficulté et que beaucoup de travail peut être fait avant d’en arriver là. Elle croit entre autres qu’il faut revoir les règles de confidentialité pour s’assurer que l’information circule mieux et que les équipes soient plus efficaces.

Comme indiqué dans le rapport, elle rappelle que les intervenants de la Direction de la protection de la jeunesse doivent aussi être mieux accompagnés et que leur charge de travail doit être diminuée pour qu’ils puissent faire leur travail convenablement.

Danielle Tremblay était sortie de sa réserve après le décès de la fillette de Granby victime de maltraitance pour dénoncer l’érosion du système de protection de la jeunesse.