•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Place publique, ICI Première
Place publique, ICI Première
Rattrapage du jeudi 4 mars 2021

Peu de moyens pour ceux qui interviennent auprès des hommes violents

Le Centre pour hommes Optimum souhaite plus d’aide contre la violence

Publié le 5 mars 2021
Le poing d'un homme avec la silhouette floue d'une femme derrière.
La pandémie et le confinement a exacerbé les problèmes des hommes violents selon plusieurs organismes.PHOTO : iStock

Cinq femmes ont été assassinées dans un contexte de violence conjugale au Québec en un mois. Devant ce constat, le Centre de ressources pour hommes Optimum, au Lac-Saint-Jean, prie pour que les individus violents aient davantage d'aide.

Le directeur général de l’organisme, Sébastien Ouellet, était heureux d’entendre François Legault lancer un appel aux hommes lors de sa conférence de presse de mercredi. On est contents que le premier ministre prenne cette problématique au sérieux, a-t-il avoué en entrevue à l’émission Place publique.

Toutefois, il maintient qu’il faudra plus que des paroles pour donner des résultats. Surtout que la pandémie et le confinement n’ont fait qu’exacerber la situation.

« C’est clair qu’il y a encore beaucoup de travail à faire. »

—  Sébastien Ouellet, directeur général, Centre de ressources pour hommes Optimum

Sébastien Ouellet, à la tête de trois bureaux répartis au Lac-Saint-Jean, rêve d’avoir des ressources suffisantes pour accueillir les hommes dans des délais plus rapides. Il rappelle que les hommes ont énormément de difficulté à demander de l’aide et que lorsqu’ils se décident, la fenêtre d’action est petite.

Il aimerait aussi pouvoir former des sentinelles pour reconnaître les signes avant que le pire ne survienne. Parmi ces signes, il peut y avoir des propos de plus en plus agressifs au sujet d’une conjointe, des idées noires ou une haine grandissante.

« Il y a toujours des signes. C’est important pour nous d’être capables de former des gens, un peu partout, capables de les dépister. »

—  Sébastien Ouellet, directeur général, Centre de ressources pour hommes Optimum
Sébastien Ouellet s'adresse à la caméra via téléconférence.

Sébastien Ouellet, du Centre de ressources Optimum, estime que les délais d'intervention auprès les hommes en difficulté doivent être plus courts.

Radio-Canada

La solution passe aussi par une meilleure éducation selon lui.

Il faut avoir les moyens de faire un travail d’éducation sociale auprès des jeunes dans les écoles; de rejoindre les hommes dans leur milieu de travail, dans des bureaux de professionnels, dans des endroits où ils sont à risque de démontrer leur vulnérabilité; et de démontrer aussi des signes qui peuvent mener à une radicalisation et ultimement à la violence.

Le confinement étant moins restrictif dans bien des régions maintenant, Sébastien Ouellet espère que la situation des individus en difficulté sera moins lourde, parce que les hommes sont plus enclins à se déplacer en personne pour demander de l’aide.