•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Place publique, ICI Première
Place publique, ICI Première
Rattrapage du lundi 12 octobre 2020

Comment se profile l’avenir du PQ avec l'arrivé d'un nouveau chef?

Victoire de Paul St-Pierre Plamondon : l’ex-député péquiste Denis Trottier déçu

Publié le 12 octobre 2020
Denis Trottier dans l'entrée de la maison de Radio-Canada à Saguenay.
Denis Trottier, député de Roberval de 2007 à 2014.PHOTO : Radio-Canada

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a vu son rêve de devenir le dixième chef du Parti québécois prendre fin abruptement vendredi soir. L'ancien député péquiste de Roberval Denis Trottier, en entrevue à Place publique, n'a pas mâché ses mots concernant sa déception.

Je ne suis pas étonné, mais je suis grandement déçu, a-t-il répondu à l’animatrice Catherine Doucet.

« Les membres du PQ cherchaient quelqu’un qui n’existait pas. Ils voulaient en même temps l’expérience et la nouveauté. »

—  Denis Trottier, ex-député de Roberval

La course à la direction de cette formation politique s'est alors soldée par une victoire de l'avocat Paul St-Pierre Plamondon. M. Gaudreault a dû se contenter de la deuxième place, et ce, même s’il jouissait de nombreux appuis au sein de la grande famille souverainiste. M. Trottier s’était notamment rangé derrière lui.

Je trouve ça décevant car déjà c’était un ami personnel, mais surtout quelqu’un de très compétent, d’expérience, travaillant et surtout gentil et qui ne se prenait pas pour quelqu’un d’autre, ce qui est rare en politique.

M. Trottier pense également que c’est un problème que le nouveau chef ne soit pas à l’Assemblée nationale.

À cette question, Paul St-Pierre Plamondon se défend régulièrement d’être dans un cas de figure similaire à Jacques Parizeau ou René Lévesque.

Il faut être conscient que Paul St-Pierre Plamondon ce n’est ni Parizeau, ni René Lévesque, a alors rétorqué M. Trottier.

M. Gaudreault a-t-il toujours un futur au sein du PQ?, a demandé Catherine Doucet.

À cette question, Denis Trottier a répondu « c’est difficile d’être deuxième, mais ça va être sa décision et sa réflexion », en faisant référence au député de Jonquière.