•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Moins d’élèves inscrits au Conseil Scolaire Francophone

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du lundi 28 novembre 2022

Moins d’élèves inscrits au Conseil Scolaire Francophone

Entrevue avec Michel St-Amant : la baisse d'inscription d'élèves au CSF

infographie: le logo du Conseil scolaire francophone et une photo d'un chapeau de cérémonie de finissants de l'école secondaire.
Le Conseil Scolaire de Francophone enregistre une baisse d'inscriptions cette année (archives). PHOTO : Radio-Canada
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 28 novembre 2022

Pour la première fois depuis plusieurs années, le Conseil Scolaire Francophone de la Colombie-Britannique dénombre une baisse d'inscription des élèves dans les écoles francophones de la province. Plusieurs facteurs sont en cause, selon Michel St-Amant, directeur général du CSF.

C’est une tendance nationale dans les écoles francophones. Selon nos données, 33 % de nos élèves ont déménagé à l’extérieur de la province. Pour plusieurs élèves, le volet social et culturel, les activités parascolaires sont importants. On réfléchit à rétablir des activités sportives ou culturelles comme les voyages, mais en intégrant un volet académique dans le processus.

La perte des 156 élèves se fait plus sentir dans des endroits où le bassin d’élèves est plus élevé. Michel St-Amant affirme qu'attirer de nouvelles familles dans les écoles où il n’y a pas de service de garde est plus difficile. Année après année, la rétention des professeurs est toujours un défi, selon Michel St-Amant. Le Conseil Scolaire Francophone a songé à acheter des logements pour ces professeurs, comme c'est le cas dans d’autres conseils scolaires de la province, mais la grandeur du territoire rendait l'exercice impossible.

On y a songé, mais on offre des logements où la pénurie de logements est tout aussi importante à Whistler, qu’à Vancouver ou à Rossland. On offre donc une allocation de déménagement, et une allocation dans les régions éloignées.

De façon plus positive, une étude est en cours pour déterminer les raisons qui poussent les francophones à s’inscrire au Conseil Scolaire Francophone. Les administrateurs veulent ainsi perpétuer les bonnes pratiques et apporter les changements nécessaires.