•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Benoit Charrette : les voitures d'occasion en grande demande

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 4 octobre 2022

Entrevue avec Benoit Charrette : les voitures d'occasion en grande demande

Les frais cachés des véhicules neufs

Un carton sur lequel est inscrit Vendu accroché au rétroviseur intérieur d'une voiture.
Malgré la pandémie et les difficultés d'approvisionnement, les ventes de voitures ne s'essoufflent pas.PHOTO : Radio-Canada
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 4 octobre 2022

De plus en plus de concessionnaires de voitures demandent à leurs clients de payer des frais dits « d'ajustement au marché ». Des frais qui sont ajoutés au prix de vente initial et qui peuvent représenter des centaines, voire des milliers de dollars. Pour Benoît Charrette, chroniqueur automobile et rédacteur en chef de L'Annuel de l'automobile, il s'agit d'une pratique douteuse.

Depuis deux ans, les acheteurs de véhicules neufs en Colombie-Britannique et au Canada doivent attendre plusieurs mois avant d’acquérir leur nouvelle voiture.
Une situation que certains concessionnaires tournent à leur avantage. Vous avez une personne qui a attendu son véhicule pendant 6 mois ou 1 an et lorsqu’elle prend possession du véhicule, la facture a gonflé entre 2000 et 3000 dollars, explique le chroniqueur.

Une pratique qui n’est pas illégale, mais qui demeure critiquable, selon Benoît Charrette.
Il y a une loi au Canada qui interdit aux concessionnaires de vendre un véhicule neuf plus cher que le prix suggéré du manufacturier. Les vendeurs se rattrapent autrement en allant chercher de l’argent ailleurs. Par exemple, ils font faire quelques milliers de kilomètres à la voiture pour qu’elle ne soit plus neuve.