•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’éducation, la clé vers la réconciliation

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 30 septembre 2022

L’éducation, la clé vers la réconciliation

Entrevue avec Bonnie Lépine-Antoine : l'éducation et le contenu autochtone au CSF

Des membres de la Nation dakota Canupawakpa ont organisée une marche en l'honneur des survivants des pensionnats pour marquer le début de la Semaine de la vérité et de la réconciliation, le 26 septembre 2022.
Des membres de la Nation dakota Canupawakpa ont organisée une marche en l'honneur des survivants des pensionnats pour marquer le début de la Semaine de la vérité et de la réconciliation, le 26 septembre 2022.PHOTO : Radio-Canada / Chelsea Kemp
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 30 septembre 2022

Plusieurs études ont prouvé que la réussite scolaire est un élément important de notre santé et notre bien-être tout au long de notre vie. Néanmoins le taux d'échec scolaire reste supérieur chez les autochtones comparativement aux allochtones. Bonnie Lépine Antoine, directrice de l'éducation autochtone au Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique estime qu'il y a des failles dans le système actuel.

« Le système scolaire mis en place est un milieu traumatisant pour nos communautés autochtones et on oublie cela. Parfois, il y a des familles qui n’osent pas entrer dans l’école à cause du traumatisme intergénérationnel lié aux pensionnats. Le racisme existe encore dans les écoles. Ce sont des vérités qui doivent être dites. »

Les élèves de la Colombie-Britannique devront dorénavant réussir un cours axé sur la culture et les perspectives autochtones afin d’obtenir leur diplôme d’études secondaires. De nouvelles exigences sur lesquelles Bonnie Lépine-Antoine a travaillé

« Nous sommes les seuls à avoir des perspectives autochtones dans notre curriculum scolaire et on est les seuls à exiger leur réussite pour obtenir le diplôme de 12è année. Aucune autre province n’a démontré un intérêt pour notre modèle. Mis à part le Yukon qui utilise le curriculum d’ici. »

L’enseignement des perspectives autochtones vient avec son lot de défis. Les ressources en français, propres aux 209 communautés de la Colombie-Britannique sont rares. Cependant, le plus grand obstacle rencontré est de nature émotive.

« Il faut développer la sécurité culturelle dans nos écoles. Avec les enseignants, je ne parle pas de ressources mais plutôt de confiance. Les professeurs ont peur de se tromper, tout le monde a peur de faire la mauvaise chose. On doit d’abord les sécuriser, qu’ils se sentent compétents pour qu’ils enseignent les perspectives autochtones avec aisance. »